dimanche 30 décembre 2012

Ensalada de la heurta - Couteaux à l'espagnole





La cuisine espagnole est une cuisine généreuse, très typée, très attachée à ses différents terroirs, et pour ce qui concerne l'Espagne du Nord-est  et Nord-ouest, fidèle à ses saisons et produits de la mer et bien moins riche en corps gras que celle des autres régions. C'est une cuisine qui rien que de la regarder fait du bien au corps...C'est

Elle est également très inventive comme vous le montrera le site de Bulli à Barcelone, deux années consécutives meilleur cuisinier du monde et dont je dois dire que mes yeux se régalent à défaut des papilles...  Il ne sera jamais dans nos prix.
Cliquer sur les flèches sous la photo ou sur un point au hasard pour contempler d'autres bijoux.
er sur els flèches s

Nous n'aimons pas les restaurants branchés ( et surtout pas les bars à tapas, pièges à touristes) mais recherchons plutôt les petites auberges de campagne ou de bords de mer ( Mesones ), dans des villages paumés où pour dix à douze euros on se fait plaisir en compagnie de plats simples et cuisinés avec amour.
Vérifier que le restaurant ait son propre potager, c'est une garantie de prix modiques.  Il n'est pas rare que l'aubergiste vienne vous voir à la fin du repas et, avec cette hospitalité des régions souvent pauvres, vous offre une bouteille d'eau et des fruits pour la route.


Il nous est même arrivé que l'un des aubergistes requière son vieux papa à l'autre bout du port afin qu'il nous réserve un morceau d'Eucalyptus pour les supports de pierres de Michel, vous dire si la communication est ... très agréable et ouverte.

En Galice, ( ce lien renvoie vers les lois linguistiques officielles  qui promeuvent l'idiome régional ) vous ne trouverez pas de menus compliqués.

En automne et hiver une soupe de légumes suivie de poisson grillé,
au printemps et été la délicieuse Ensalada de la Huerta ( salade du jardin) suivie d'une variété incroyables de coquillages, mollusques, poissons cuits le plus simplement du monde et accompagnés bien sûr d'un  pain bis servi sortant du four et d'un bon grand verre d'Albariño, le vin de pays aussi fruité qu'un vin d'Alsace et pétillant comme un jeune Champagne.


Je vous proposerai quelques haltes culinaires, la première d'entre elles est cette Ensalada.





La base en est toujours un fond de salade verte en chiffonnade,  sur laquelle on dispose une salade de carottes râpées , de l'oignon blanc en rondelles et quelques olives.
Pour la décoration tout ce qui tombe sous l'idée et selon la saison: tomates, betteraves râpées, fonds d'artichauts, fèves, haricots plats, asperges, concombre en rondelles fermes, et bien sûr poivrons de toutes familles .

On ne vous servira que très rarement et dans des restaurants " A la française "  une simple salade verte  ( ou une salade de tomates, ou des asperges isolées ) . Votre hôte y préférera une composition très colorée qui signifie : " Je te donne le meilleur de ce qui pousse dans mon jardin ".

Sur celle que je vous propose tout est visible: carottes, betteraves, tomates, olives, asperges, assaisonnés à l'huile d'olive et vinaigre avec un soupçon d'ail pressé. C'est la salade des familles, saine et fraîche et telle que l'on peut la décliner en divers lieux de cette terre,  qui rappelle l'enfance et ouvre l'appétit. Ses couleurs sont de la vitamine à elles seules.



Puis les fabuleuses Navajas à la persillade, ce que nous appelons "couteaux".





Commandez en chez votre poissonnier ( compter quinze couteaux par personne )  laissez les dégorger une demi-heure dans de l'eau salée froide afin de les vider de leur sable.

Pour cinq personnes:
Presser dix grosses gousses d'ail, hacher menu quatre cuillerées à soupe bien pleines de persil frais et un peu d'échalotte, mettez le tout dans un bol de petit déjeuner, salez, poivrez et recouvrez d'huile d'olive.
Bien mélanger cet assaisonnement.
Quand les navajas ont bien dégorgé, les sortir de l' eau et les mélanger à la persillade  en veillant à ce qu'elle soit bien répartie et enrobe les coquillages. Il ne faut jamais faire cuire à sec les couteaux, sauf si on les aime caoutchouteux ;o)

Faire s'ouvrir à la poêle ou mieux encore sur une plancha si vous en avez une en posant les couteaux ouverture tournée vers le plan de cuisson. Lorsque les couteaux s'ouvrent, retournez les avec une pince pour ne pas vous brûler et  comptez moins d'une minute, ils doivent rester très tendres. Servez aussitôt.

On accompagne rarement les plats de légumes cuits. Le pain en tient lieu.

Les repas se terminent simplement avec un bon fromage  local, ou un célèbre  et délicieux fromage des Asturies,  le Cabrales , fromage très puissant se situant entre le Roquefort et la Fourme d'Ambert.
Un vin d'Alsace bien fruité  ou un bon muscadet accompagneront très bien ces deux plats à défaut de l'Albariño. Bon appétit







 

1 commentaire:

Anonyme a dit…


Ouh ! Là, je n'ai pas le courage de m'y mettre. Et pourtant, cette salade est bien sympathique ; et hier, j'ai bien réussi à faire un soufflé au bleu d'Auvergne !! Alors, je vais peut-être m'y mettre un jour...
Commentaire n°1 posté par Valentine le 18/05/2009 à 18h32
Un jour je débarquerai chez toi ( en prévenant quand même) et quand tu seras à la retraite et te donnerai quelques trucs de cuisinière pas douée au départ (sourire)
tu verras, c'est simple en fait, et puis si tu réussis le soufflé, qui est parmi les objets culinaires les plus complexes... Tous les espoirs te sont permis! Bisous
Réponse de Russalka le 20/05/2009 à 09h03