mardi 29 janvier 2013

Du bout des cils


Il pleuvait
une pluie sur son
terme

aux reins creux aux seins lourds

Le balai trop usé
forcé par son jumeau
mordait le  pare-brise
la rouille le rend à chaque fois plus gauche
il passe chaque fois plus l’éborgne

J'ai senti l’intrusion de l’outil dans l’espace
son envie d’éponger au-delà du
chagrin

de sécher bien plus loin que ce qu’il faut sécher

On pleure

on ne s'aperçoit pas
qu'autour de soi
tout est blessé du bout des cils











1 commentaire:

Viviane Lamarlère a dit…

l pleuvait et pourtant l'on attendait le soleil. Il pleuvait, puis un jour le soleil est arrivé. Il pleuvait encore malgré le soleil. La pluie n'était pas celle qui tombait du ciel. le soleil ne changeait rien à cette pluie. clémentine
Commentaire n°1 posté par clem le 02/07/2007 à 23h02
si ce soleil pouvait briller
sans bruler
comme la terre s'en porterai mieux

merci Clem de l'optimisme qui réchauffe sans brûler ;o)
Réponse de Russalka le 03/07/2007 à 22h45
Qu'en pensez-vous?
Musique de la semaine

Haendel, l'Harmonieux forgeron, Trevor Pinnock au clavecin


Derniers articles parus

Changement d'adresse
Trajets
Calme épaisseur du moindre
Cent façons d'annoncer
Dimanche blanc
Petit traité de la décroissance sereine
Karl Goldmark, Mariage rustique, poème symphonique
Vers tû
Magritte ou le piège de l'image * 4*
Claude Cordier, Peintre

Liste complète

Voix et Voyages

voyages de l'âme (134)
voyages-en-poesie (33)
Chemins de solitude (124)
Lettres à l'Ami (5)
Belles photos de Michel (30)
Musique, peinture, poésie, penser (70)
Voyage au bout de mon jardin (30)
Botanique de l'étymologie (75)
Simplicité Volontaire (20)
Contes de la rivière aux Lo