samedi 19 janvier 2013

Entre la pierre et l'eau, l'Espagne du Nord, Covarrubias






  


Quittant San Pedro de Arlanza nous divaguons entre les collines  que le guide touristique qualifie de " boisées ". Nous ne croisons hélas que chiches arbustes  incendiés par moments de beaux buissons de genêts.  Sur le bord d'une  route, n'indiquant rien d'autre que sa couleur joyeuse, une  voiture à cheval dont les brins de foin éparpillés entre les lattes de bois disent l'usage encore ordinaire ici. ,





Nous sommes à Covarrubias. Cette petite bourgade de 740 habitants aux belles maisons de pierre rousse  est, figurez-vous, la capitale de la cerise !
Nous arrivons trop tard pour goûter aux primeurs qui, durant toute la semaine précédente,  ont agrandi la ville de tous ses environs friands  de fruits et d'histoire médiévale.





Une venelle étroite  prolongeant une porte au style Renaissance nous conduit au coeur de la ville. Maisons à colombages au port alangui, perchées au bord de rues sans trottoirs :







Maisons abandonnées
dont  le bois mort  ne se distingue plus du fer forgé





Puis une place qui longe, paisible, la muraille et la haute tour massive du palais de Fernan Gonzalez de Castille.
Datant du Xème siècle, il se raconte que cette forteresse fut édifiée pour y incarcérer l'infante qui  nourrissait une liaison coupable avec un jeune moine des environs.

Fernan Gonzalez, dont la renommée est au moins égale à celle du Cid, établit à Covarrubias les bases militiaires et stratégiques de la reconquête de toute cette région, alors aux mains des Maures. Le personnage semble avoir été un fieffé gredin dont on ne parle qu'à mots couverts. Il faut dire quil savait ouvrir ses coffres d'abondance pour convaincre les clercs et les laïcs de le suivre dans cette réappropriation de la Castille.

Le pourtour de la forteresse est aujourd'hui couvert de tuiles, il était à l'origine crénelé.






La ville est deux fois ceinte. Par la forteresse mais aussi par la rivière Arlanza dont voici les berges printanières. Nous sommes au tout début mai et pourtant le débit me semble déjà bien faible...






Surprise de ces maisonnettes dispersées à tout endroits de la ville. Hé oui! vous avez deviné : ce sont des poubelles ! Et je me prends à rêver que chez nous aussi on entoure ces objets utiles d'un habillage plaisant...lles ne déparent pas et je me dis que l'on pourrait aussi chez nous faire cet effort esthétique conjugué à l'écologie

.





Contre un mur - et elle est si lourde qu'elle ne risque guère d'être volée - une pièce de bois dont on ne saura nous dire l' usage. Sans doute la vis d'un pressoir?




Mais le jour avance et notre étape prochaine nous attend. Nous allons passer la nuit tout contre l'une des plus belles églises romanes de la région. Le ciel est magnifiquement pur et il serait dommage de  parvenir là-bas quand toute lumière s'en serait absentée.
Sur la fenêtre d'une maison au beau jardin fleuri, un chat nous regarde.

Il est temps...








3 commentaires:

Viviane Lamarlère a dit…


Noyé dans la brume qui ne nous a pas lâchés aujourd'hui, j'aprécie d'autant mieux ces images et paroles de chaleur.
Pressé toute la journée entre deux tâches, je goute d'autant mieux ce temps qui s'étire à son rythme.
Merci.
Commentaire n°1 posté par Ludo le 23/11/2009 à 17h31
C'est d'autant plus gentil que tu vis de multiples obligations dans une atmosphère brumeuse
de t'être posé sur ces pages, Ludo.

Oui, ces pays très attachés à leurs traditions sont empreints de lenteur
et dans ce monde qui va de plus en plus ( trop) vite,
prendre le temps en amoureux,
offrir sans précipitation,
c'est bien agréable. Merci.
Réponse de Russalka le 24/11/2009 à 14h27
Quel triste sort que celui de cette infante enfermée pour cause d'amour inconvenant ...mais l'amour, comme le dit Carmen, est oiseau de bohême....

Par ailleurs, on peut effectivement penser que la pièce de bois est un élément de pressoir

Merci Viviane pour le début de ce beau périple je renviendrai pour les prochaines étapes
Commentaire n°2 posté par ulysse le 23/11/2009 à 19h11
L'histoire espagnole regorge de telles anecdotes. La religion si prégnante ne pouvait que conduire à toutes sortes d'excès. Dommage que de jeunes vies en aient pâti...
oui, nous sommes convaincus qu'il s'agit d'une pièce de pressoir. Si nous avions pu l'emporter...
Merci Ulysse de la visite!
Réponse de Russalka le 24/11/2009 à 14h29

Viviane Lamarlère a dit…


Ces banneaux de partout, comme je les aime : une roue de chaque côté, une caisse et deux bras pour un équidé attelé.



Etdire que tous les mots de la famille de char prennent deux "r" sauf char et chariot. Mais comment rouler sans deux roues ?

Et viva Espanã !
Commentaire n°6 posté par Merlin le 23/11/2009 à 21h41
Tu as raison, si notre langue était logique, elle mettrait
pas d'R à l'air de rien
2 R aux chars et chariots
3 R aux trois premiers travaux d'HRcule
4 R aux voituRRRRes
5 R au nez de ceux qui se trompent (sourire)
Merci Merlin d'avoir aimé...
Réponse de Russalka le 24/11/2009 à 14h36

Viviane Lamarlère a dit…


Qu'il est agréable de sillonné le pays Castillan en votre compagnie à tous 2 !

Quel village magnifique, empli de vestiges du passé : rempart, maisons à charpentes de bois et rues à arcades...!

De belles images médiévales... beauté de la pierre aux tons rougeâtres !

Une invitation à une séduisante rencontre avec le passé architectural de Covarrubias !

Muchas gracias !
Commentaire n°11 posté par Corinne le 24/11/2009 à 17h03
merci Corinne de cet écho qui me dit que tu aimes l'Espagne ;o)
Réponse de Russalka le 25/11/2009 à 14h50

Si... A mi, me gusta mucho Espana !
Mes ancêtres sont originaires de Minorque ; mon arrière-arrière-grand-père maternel a quitté l'Espagne vers 1850 pour émigrer vers Blida (Algérie) !
On peut dire qu'un peu de sang ibérique coule dans mes veines !
Commentaire n°12 posté par Corinne le 25/11/2009 à 17h27
C'est marrant mon père est originaire de Valence, sa famille immigra à Rio Salado au siècle avant dernier. Ma grand mère paternelle possédait les plus belles roseraies de la région d'Oran, elle fournissait les fleuristes de France, un peu de vignes aussi, comme tous les pieds-noirs.
... Merci Corinne;o)
Réponse de Russalka le 26/11/2009 à 16h45