samedi 19 janvier 2013

Entre la pierre et l'eau, l'Espagne du Nord, Fromista





paysages_0643.jpg



Après quelques heures d'une route pittoresque,  où luttent  joyeusement  genêts et champs de blé, nous arrivons dans cette petite ville aux belles couleurs dorées. Nuance bue jusque la pierre. Froidure d'un vent qui souffle sans répit et que nous traversons en silence.
Dans le coeur piétonnier de la ville tout incite à protéger la blondeur.
Rendre au regard sa virginité première.

Garder le corps intact de ce qui,
léchant la rencontre,
en digère l'intense.


L'église San Martin de Fromista est une halte connue sur le chemin de Compostelle. Des greniers à blé de l'époque romaine, la ville a conservé son nom. Fromista viendrait de " frumentum ".



paysages_0778.jpg



D'autres fruits poussèrent dans cette région fertile.
L' Espagne était occupée depuis quelques années déjà lorsque le moine Béatus de Liebana commentant l'Apocalypse  de Saint Jean nourrit  la résistance  à l'Islam.
Au même moment, les reliques de Saint Jean furent transportées à Campo Stellae, échappant de peu à la profanation.

La diffusion du livre et le fait que se rejoignent dans le Nord de l'Espagne les reliques de Saint Jean et celles de Saint Jacques, évangélisateur de la péninsule, suscitent un élan de ferveur sans précédent dans  l'Europe toute entière.

De l'Allemagne à l'Italie en passant par la France, l'art pré-roman puis roman et ses bâtisseurs pélerins essaiment leurs chefs-d'oeuvres de pierre en direction du sanctuaire de Campostellae.

Je dois avouer que nous sommes restés cloués en silence devant la taille modeste, l'équilibre des volumes  et la lumière radieuse qui coulait de ce monument.






fromista.JPG


A l


On pourra comparer l'allure générale de cette église avec celle de Saint Austremoine  en Auvergne, que vous connaissez déjà... je crois.

La décoration extérieure en  frises de billettes  légères, la quantité innombrable de modillons sous les toitures,  son chevet à plusieurs couches soutenant le transept, le clocher s'élevant au-dessus du monument ( contrairement aux églises romanes d'inspiration lombardes telles une autre église Catalane, Saint Clément de Taull, pour lesquelles le clocher était construit à côté de l'édifice) rattachent cette belle église au second art Roman qui trouva son apogée en France .
La







Mais laissons le soleil se coucher sur ces pierres centenaires.
Et dame Cigogne, pas du tout effarouchée, prendre ses quartiers de nuit:


paysages_0820.jpg




Entre 21 et 22 heures, au sortir du petit restaurant qui nous a accueillis,
nous assistons avec émerveillement au retour tapageur de  dizaines de cigognes,  applaudies du bec par celles qui se trouvent déjà à bon port. La vidéo que je vous offre a été filmée avec notre vieux téléphone portable et le bruit du vent y est très présent. Qu'importe... le spectacle est rare et mérite qu'on s'y attarde:


    Au


Quelques fleurs encore ouvertes dans les jarres qui leur servent de pot embaument la nuit qui commence. Demain nous attend la ville de Leon et un joyeux bouquet cueilli tout au long de haltes sur le chemin nous y accompagnera. Demain...
Dans la nuit me viendra ce poème

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/up/1543578952/SansNom.mp3&






DSCN1426.JPG







2 commentaires:

Viviane Lamarlère a dit…


Un lieu accompli.
La densité de la construction est impressionnante.
C'est peut-être en cherchant à s'élever vers le ciel que les églises ont perdu une partie de leur force, celle qui leur venait de la terre et de l'horizon.
Merci pour ce morceau de réel intemporel
Commentaire n°2 posté par Lélio le 05/03/2010 à 17h55
Merci à toi, Lélio de ce commentaire qui éprouve.
Les églises romanes nous charment en effet par leur taille encore plausible
même si nous sommes toujours étonnés ( et souvent éblouis) par l'art gothique
la rondeur des premières, leur simplicité, leur rusticité parfois
est grande source.
Réponse de Russalka le 07/03/2010 à 09h14
Merveilleux lieu , l'église est d'une beauté et ces cigognes dans la nuit et ce poème, tu nous gâtes Merci de ce bel article . Bises
Commentaire n°3 posté par aimela le 05/03/2010 à 19h24
Merci Aimela, ce fut un beau voyage en amoureux
j'espère qu'il y en aura d'autres ;o)
Bisous!
Réponse de Russalka le 07/03/2010 à 09h16
Ah ! Il vient de là ce poème ? Je comprends mieux... Qu'elle est belle, cette église ! En effet on la dirait de chez nous.
Commentaire n°4 posté par Valentine le 05/03/2010 à 20h46
Oui, il était né comme ça
une nuit ;o)
Cette église est une splendeur, à voir et revoir...


Réponse de Russalka le 07/03/2010 à 09h19

Viviane Lamarlère a dit…

haque fois que je traverse ou fais une halte dans un village, je cherche l'église car elle est le coeur vivant du bourg et elle m'émerveille tant !
Celle-ci est une merveille d'architecture !
Et ces cigognes qui claquettent... un doux moment !
Merci de cette halte richement illustrée par de belles photos, fleurs et mots !

Commentaire n°7 posté par Corinne le 06/03/2010 à 16h24

Nous aussi!!
Les lignes de cette église sont d'une pureté exceptionnelle
alors bien sûr il se toruve des puristes pour dire que sa rénovzation fut un peu excessive
c'est vrai que la reproduction des modillons par les sculpteurs contemporains n'a rien à voir ( en finesse) avec l'art de ces temps là
mais quelle beauté...
Merci Corinne
Réponse de Russalka le 07/03/2010 à 09h25
Je ne parviens plus à suivre. Tout va trop vite pour moi.
J'ai failli rater ce très bel article. Oui, les cigognes en Espagne et en Algérie, c'est comme ça ! On vit avec, sur les églises ou sur les mosquées. Mais je crois qu'elles préfèrent les églises car elles trouvent les mosquées pas très catholiques.
Commentaire n°8 posté par Merlin le 08/03/2010 à 09h59
je pensais avoir répondu aux commentaires ce matin et m'aperçois qu'il n'en est rien
sans doute un bug...
merci de ta lecture, emplie de pétillements (sourire)
je suis désolée du rythme trop rapide

merci d'avoir aimé.

Moi aussi 'jaime els cigognes, h"las nous 'en voyons pas par chez nous...
Réponse de Russalka le 08/03/2010 à 14h10