mardi 22 janvier 2013

Entre la pierre et l'orchidée, l'Espagne du Nord * 2 * Santa Maria de Olite et San Martin de Unx




IMGP5828 2


Un ciel bleu à crier de joie, une brise printanière et peu de monde sur la route, que demander de plus quand on est touriste pour quelques jours dans une région inconnue?
Direction Olite, vieille cité navarraise qui fut longtemps séjour des rois de France et de Navarre puis d'Espagne.
Son château est davantage un palais résidenciel ( un peu kitsh, d'ailleurs,  on en a fait un hotel de luxe) qu'un fort défensif. Nous n'en verrons que quelques tours depuis la Plaza Mayor car un autre monument nous attend.


Olite-place.jpg
Philippe le Bel aimait-il cette région aux lointaines racines romaines puis wisigothes, dont la capitale Olite fut fortifiée en 621 ( pour prévenir les incursions basques ) par le roi Wisigoth Swinthila ?

Toujours est-il qu'elle lui rendit hommage ainsi qu'à son épouse, Jeanne de Navarre,  sous la forme d'une église de style gothique au portail impressionnant de richesse.

La région avait été relativement épargnée par l'invasion musulmane et par le jeu des prises de pouvoirs successives placée assez rapidement sous la coupe française. La statuaire religieuse en garde souvenance: la ville était une halte sur le chemin de Compostelle et se nourrit dès le X ème siècle des influences des écoles romanes champenoise, gasconne, Normandes aussi avec les ateliers d'Evreux  qui jouissaient de grande réputation dans toute l'Europe.

A partir du XIV ème le style gothique venu de France composa avec les traditions encore vivaces de l'art roman local et donna lieu à une statuaire très originale et dont la parenté avec la statuaire française a été mise en évidence par les historiens.



cathedrale-olite-portail.jpg

De part et d'autre de la porte nous allons découvrir la fleur de Lys, emblème du royaume de France:

portail-olite-3.jpg

Le portail aux huit archivoltes richement décorées est entouré, à hauteur et sous arcades, par une représentation d'une rare élégance et maîtrise du collège apostolique:


college-apostolique-olite.jpg

En fouillant bien l'exhubérant feuillage qui décore les archivoltes profondes, nous découvrirons deux personnages en prière sous leur dais, Philippe le Bel et ici, son épouse, Jeanne de Navarre:


jeanne-olite.jpg

Une représentation du massacre des Innocents par les armes et le feu:



detail-Olite-1.jpg
Nous repartons illico vers une toute autre église et un tout autre style. Le village qui l'abrite niche sur les flancs d'une colline et ruisselle de rues pavées et de maisons fleuries:

santa-maria-de-Unx.jpg

San Martin de Unx ( à rapprocher du village de Saint Martin de Hinx en Adour? Quelle curieuse similitude de patronyme...)  est un village médiéval dont l'habitat remonte à l'âge de bronze. L'église romane de San Martin y fut édifiée au XII ème siècle. Comme la plupart des églises de cette époque son parvis est couvert. Il servait alors de sas entre le monde profane et le monde sacré:

san martin de Unx

Le porche est tout simplement superbe. Décors simplissimes, élégance, légèreté, tout nous conforte dans notre goût pour l'art roman... Admirez ces archivoltes aux fins dessins géométriques, ces chapiteaux historiés en parfait état de conservation :



santa-maria-de-Unx-portail.jpg
Ici les liens tressés relient deux têtes animales. Ils disent la difficulté à s'arracher à notre condition sensible:


chapiteau-Unx-1.jpg

Un modillon nous montre un joueur de vièle. A cette époque, le pélerin devait pouvoir savoir ce qu'il recevrait dans l'église qui l'accueillait et surtout les instruments de musique qu'il lui était permis d'y jouer.

Tout le tour du porche est décoré  de vigne. Celle-ci fut très représentée dans l'iconographie médiévale. Elle symbolisait l'accès à l'ivresse mystique, le moyen de se délivrer des barrières mentales qui empêchent la réception de l'enseignement spirituel:

vielliste-Unx.jpg
Un autre modillon nous montre un acrobate. La maîtrise du corps ainsi représentée conduisait le croyant à rédléchir à la maîtrise de l'esprit vers laquelle il devait tendre. A se questionner aussi sur le nécessaire renversement de valeurs qui permet d'accéder à l'humanité, quittant le connu, l'ordinaire, l'immédiateté.

acrobate-unx.jpg


L'intérieur de l'église a conservé son plan quandrangulaire à quatre travées. Elle est éclairée par de belles ouvertures fermées de plaques d'albâtre. La quasi totalité des églises romanes de la région font usage de ce matériau:

vitraux-Unx.jpg
Dans un recoin sombre, le baptistère très ouvragé nous montre sur la gauche un dignitaire religieux, au centre Eve tenant la pomme et sur la droite la Vierge à l'Enfant.
 Synthèse là encore du cheminement qui mène de la nature animale primordiale à la réalisation dans la foi.

baptistere-Saint-martin-de-Unx.jpg

Le plus beau de ce remarquable édifice se touve dans la crypte. L'éclairage naturel y est somptueux. La pierre ocrée d'une chaleur étonnante et les décors très émouvants.

On y remarque d'ailleurs des vestiges de polychromie, comme il était en usage à l'époque:

crypte-st-martin-de-Unx.jpg

L'église primitive est faite de trois nefs et trois travées.
La pureté des lignes nous comble, vraiment...
On y voit ici l'enfilade des colonnes posées sur un pavement de calades qui entourent l'autel de leurs dessins figurant un cheminement vers la lumière. Certaines colonnes sont sumontées par des feuilles d'acanthe simples et épurées.

crypte-st-martin-de-Unx-2.jpg
Les personnages sculptés sur certains chapiteaux sont délicieux dans leur tracé presque enfantin et pourtant d'une grande richesse symbolique.

La tête représentait à l'époque romane, d'une manière très simple, l'esprit agissant, le siège de la pensée et du mouvement. Moins elle était ressemblante à un personnage plus elle favorisait l'identification de tous et de chacun. Les yeux en spirales ont ici une signification toute particulière, celui de la fécondité de la pensée, du nécessaire voyage intérieur qui seul permet d'avancer :


chapiteau-crypte-Unx.jpg

Le chapiteau suivant nous montre des êtres monstrueux aux machoires bien dentues et au sourire carnassier dont dépassent des jambes ou des pattes.
Il symbolise l'orgueil humain, l'ego non maîtrisé mais aussi, parfois, le Mal. Tout ce qui nous dévore finalement. Nul doute qu'il sagissait ici de faire peur au pénitent:


lions-st-martin-de-Unx.jpg

Ici le lion mordant s'est fait agneau contre un visage apaisé qui est peut-être celui du saint.


lion-Unx.jpg

Sous le soleil brûlant  la beauté de quelques fleurs éclairant la ruelle nous est comme un bain de fraîcheur...

Unx.jpg
Nous en rencontrerons d'autres sur notre chemin. L'aristoloche:


aristoloche.jpg

aristoloche-2.jpg

L'asphodèle:

asphodeles.jpg


Et de quoi faire un joli bouquet aux couleurs de cette France si proche et si lointaine, si présente dans les pierres ouvragées des bâtisseurs de cathédrales Navarrais:

bouquet.jpg


Aucun commentaire: