mercredi 9 janvier 2013

La transparence version laboratoires pharmaceutiques



L'agence Européenne du médicament est souvent pointée du doigt et à juste titre par la revue Prescrire, la seule revue de médecine qui ne comporte aucune publicité , soit à la fois une revue de formation continue de très haut niveau en prise avec la pratique quotidienne, tant du point de vue de l'anamnèse que du diagnostic différentiel et du traitement bien sûr, que de dénonciation des abus  en tous genre.
Elle mène depuis des années un combat toujours gagnant contre l'emprise des laboratoires sur le politique, victoire chèrement acquise hélas après qu'il y ait eu mort d'homme... Les médicaments mis sur le marché le sont trop souvent sans ces précautions que donnent l'éthique et le temps.


Dans son dernier coup de gueule, Prescrire dénonce le fait que même après retrait d'un médicament pour cause de dangerosité avérée ( le cas par exemple du Diantalvic, contre lequel Prescrire se bat depuis des années, il vient seulement d'être retiré du marché mais ses génériques sont toujours en vente )

lorsque donc la revue demande un rapport à l'Agence Européenne du Médicament,  l'Agence lui fournit une information censurée et ce avec un culot qui mérite d'être dénoncé sans relâche.
Témoin ce mois ci, le Rimonabant, ex-Acomplia.

Le rapport donné à Prescrire par l'organisme censé faire le tour du produit comporte 68 pages.

Sur ces 68 pages seules deux sont lisibles. Les autres pages ont été noircies ligne par ligne.. comme vous pouvez le constater sur ces deux saisies écran du document PDF. Même la dâte a été effacée.

 La non transparence
confine ici au grand banditisme.




Je vous invite à aller sur le site de cette revue remarquable par sa liberté de ton et  de pensée, et cliquer sur le lien en libre accès dans la catégorie " Ouvertures, en bas de page et intitulé " Caviardage en guise de transparence: le cas rimonabant ( ex-Acomplia)


Lisant cet édito version papier, nous avons été Michel et moi saisis d'un tel écoeurement que je ne pouvais que faire suivre cette info qui en dit long sur les maffias qui nous gouvernent. C'est en toute connaissance de cause qu'ils nous vendent leurs poisons.

Messieurs des agences européennes diverses et avariées, nous sommes las de vous payer à faire du gras sur notre dos!!





Aucun commentaire: