jeudi 10 janvier 2013

La tristesse de l'Ange


 

lecrivain.jpeg

La moitié du visage éclairée côté cour
    chagrin côté jardin


Viendra-t-il cet
autre
me plonger
dans l'espace de sa voix
dans l’oubli de ce vide où je suis
    aspiré ?

Si dans mes paumes nues où s’accrochaient mes ailes
    pouvait pousser enfin un tas de feuilles sèches
        m’incendier sans retour la transparence épaisse
au beau regard de loupe

si dans mes paumes nues
pouvait pousser un feu qui chasse le silence

Aucun commentaire: