dimanche 20 janvier 2013

Le pelage


Ah ah... j'en entends ici qui ont chevelure rouge, noire, blanche.. pas de chevelure... barbe, moustache...Non?  Pas vous ? Mais si!

Savez vous que... Bon, je vais vous le raconter.

Il y a bienlongtemps, en Afrique, les animaux se promenaient tous nus. Hé oui.

Pas de pelage taché
ou rayé,
pas de crinière ni de queue.

Ce n’est pas qu’il faisait froid, mais ils étaient tous  vêtus du pareil au même et aussi bien... aussi bien... le lapin pouvait tomber amoureux du lion et le lion de la souris. Cette affaire  était très embêtante car on ne vit pas que d’amour et d’eau fraiche. Et les baisers se terminaient souvent fort mal. Je suis désolée d'aller aussi vite pour dire des choses aussi sérieuses, mais les histoires c'est comme la cuisine, ça n'attend pas. Donc...
Les animaux étaient ennuyés par ces multitudes de petits insectes très agaçants comme on en voit dans la savane .

Le Lion réunit alors son conseil sous le grand arbre à palabres. Et le voilà qui gronde.

-Nous sommes couverts de pustules. Ma femme la Lionne me trompe à qui mieux mieux avec le singe.

-Ah ouiiiiii ? Dirent les animaux, à la fois très intéressés par ce genre de confidences qui leur faisaient oublier un temps les chatouillis et gratouillis et par l'absence de logique formelle réunissant les deux affirmations..

-Oui. Elle prétend que pustule pour pustule, mieux vaut une pustule intelligente. Vous comprenez que je ne saurais rester le Roi de la jungle si je suis... comment dire...

-Coucou ! dit le coucou.

-On peut le dire ainsi répondit le Roi. Il faut donc que nous ayons un pelage pour nous protéger de ces sales bêtes et une queue pour les chasser.

-  Bonne idée, mais comment faire ? Ricana le Singe qui ne manquait pas d’air d’assister à la réunion de son rival.

-Demandons à Renard. Il a toujours des intuitions. Allez me chercher Renard, tiens,  toi, Singe, au lieu de rouler des billes affolées, va me chercher Renard et sors de ma vue.

Ainsi fut fait.
Alors que l'assemblée
se grattait
encore le menton
à propos
du mot
 "intuition"
Renard
arrivait
peinard
 le regard
 en biais
comme il sied
au renard
depuis
la nuit
des taons.

-Que me veut-on dans cette noble Agora où je ne suis jamais convoqué qu’en catastrophe et au milieu de mon sommeil ?
-Toi seul peux nous aider à trouver le moyen de nous débarrasser de ces fichus insectes qui transforment nos cuirs en passoires.
-Certes mais vous ne pourrez tous avoir le même pelage et la même queue. Sinon, cela reviendra au même que de ne pas en avoir…
-Tu dis vrai ! dit le Roi de la forêt en se grattant sa Non-
Encore-Crinière
-Commençons pas donner à chacun un poil différent .
Toi, le cheval  à longues oreilles, reste te bronzer dans les herbes de la savane toute une journée.

Ainsi fut fait et n’ayant pas de protection solaire, naquit le Zèbre.

-Toi, le guépard, reste te bronzer dans les branchages toute une journée.

Ainsi fut fait et le mouvement gracieux des feuilles dans la brise chaude imprima sur la peau de Guépard des ocelles mouvantes .

-Toi, le lapin, reste dans ton trou avant que je ne t’attrape.

Ainsi fut fait et le lapin en est resté gris de trouille.

-Toi le lion, reste dans ta tanière et fais toi des cheveux pour ta reine, qui te trompe avec le singe.

Ainsi fut donnée confirmation de ses soupçons bien avancés au Roi de la forêt qui se para d’une crinière magnifique à faire pâlir le singe.

-Toi le singe va te cacher dans le bananier, avant que le Roi ne te mette à l’ombre définitivement.

Ainsi fut fait et le singe depuis se confond en vitesse, précipitation et couleur avec l’ombre.

-Oui, mais, pour les queues ? demande le Roi.

-Là, dit le renard, il va falloir d’une manière ou d’une autre départager les ambitions.
Commençons par fabriquer des queues avec les herbes folles de la savane.

-Herbes, tressez –vous !! dit le Roi de la forêt.

Et les herbes se tressèrent mais avec un entrain très partagé. Certaines nattes étaient longues et minces, d’autres faites avec des restes de brûlis noirs et cassants, d’autres touffues comme des plumeaux.

-Maintenant, nous allons tous courir en direction de ce bosquet et nous recevrons nos queues en fonction de notre ordre d’arrivée.

Le guépard partit le plus vite et reçut la queue la plus longue.

Le singe ne put s’empêcher de vagabonder d’un bananier à l’autre et reçut la queue la plus habile à tordre son chemin .

Le Lion reçut une queue légèrement différente de celle du singe pour que sa reine ne le confonde plus jamais, avec une jolie touffe de poils au bout.

Le Zèbre reçut la queue la plus cinglante car il avait filé comme le vent et vexé ce dernier  qui exigea que justice lui soit rendue en offrant à l’animal une queue qui fasse mal à son cuir quand elle s’agiterait pour tuer les moustiques

Le lapin, qui avait peur que tout le monde ne l’attrape, Pour-Le-Manger-Comme-Ca-En-Passant,
fit des tas d’aller et retours entre les buissons, arriva bon dernier et reçut la queue la plus petite dont il se contenta car il ne faut pas exagérer. C'est pas vrai?

Quant au renard...

-Dis moi Renard, quelle queue vas-tu accrocher à ton noble postérieur ? demandèrent les animaux de la savane.

-Moi ? Pendant que vous vous essouffliez sous le soleil de midi, j’ai ramassé toutes les chutes de poils que vous avez laissées accrochées aux herbes et les ai tissées entre elles. Joli, comme résultat, Non ?

Depuis, les animaux sont fâchés avec Renard et ne l’appellent plus jamais aux réunions extraordinaires. Ce dont il se moque. Sa queue est la plus belle, alors !


Aucun commentaire: