mercredi 9 janvier 2013

Les pierres sans trahir






Jonquilles et iris sauvages
entre les rangs de vignes
au bord des lacs
chez nous...




IMGP3243-copie-1.jpg 





Des jours qui rallongeaient
   nous devinions les chevilles frêles
   un galop qui tremblait
limpide
 au bord des toits



Le ciel grinchait parfois d'une fenêtre à l'autre

semant

comme on murmure
                  à bout portant
les plaies avant l'histoire 



Mais la vieille maison aux pierres sans trahir
  se moquait bien des vents d'hiver
ses murs ne se rendaient qu'au mufle de lumière

Nous restions silencieux
comme pour protéger dans cette cendre-là
       ce qui s'était éteint à force de paroles
A
vec ses mains de rompre
   le soleil enfouira le maussade et le gris
  de son eau rincera les ombres mal-aimées

Bientôt
les dieux
                   aux lèvres closes
                                sur la fleur !


iris sauvage












Aucun commentaire: