mardi 29 janvier 2013

L'honneur perdu des haies

    


            Chez nous aussi le ciel s'enroule autour des arbres
            après avoir léché le clocher des
églises

            On ne s'y attend pas
            le bleu diffuse encore ses pensées sous la peau
        

            Un nuage se pend à l'empoignée des branches
            puis un puis deux puis

          
            Noir

            Mon jardinier repose au bord d'un nid qui penche
            un oeuf ancien comme une rose.

            L'honneur perdu des haies se décline en silence
            le ciseau est passé dans l'épaisseur profuse
            sans angles sans biseau qui protégeait les mains
            le sol est tout jonché
            d'une huile aux feuilles rances

            Chez nous aussi le ciel aime l'équarissage
            la chair en flammes brunes sur le bois chaplé
            tous ces morceaux de
vie jetés comme des plaies
            sur les saisons trop sages

            Il aurait pu faire bleu
            on aurait pu encore traverser le feuillage
            sans se blesser les yeux
            aux traces du sciage

            On aurait pu savoir pourquoi le bleu si dense
            et la nuit tout à coup quand un jardinier pense





 

Aucun commentaire: