dimanche 13 janvier 2013

Livre ouvert



Vent s'il te plait Vent pose-toi Vent
sur le nom
sur le nom du manguier
pose-toi, Vent!

Dans le hamac de la papaye
la douceur verte de la papaye orange
endors-toi, Vent

A tranche fruit du mur!
Allez!

Ainsi fâchaient les feuilles
emportées pas vouloir au grand Pardon d’elles-mêmes

Que boit le vent pensaient-elles
dans sa cuiller qui nous
farouche et pose ailleurs
que boit-il, si ce n’est lui ?

Un orage
        le ciel était un arbre tailladé
    retenant, noir, grande à peine et brisée
la lumière qui tentait
         par les points de suture
ô l'odeur rouge bille ma terre.

Un livre était ouvert
    je me souviens
sa lampe pâle
        illuminant ma chambre éteinte par le vent
    une fente en bise au milieu des pages
les ombres qui bougeaient


Et ma peur et ma joie se touchèrent
    de ces deux livres l’un
contenant sa fureur de lumière d’où surgissait la nuit
l’autre apaisant ses ombres à chaque fois plus claires.


Une nuit d’orage

Sur la table un livre ouvert
Pages allumées

  ******************


Commentaires


Et si le vent se nourrissait de nous, de notre propre nourriture qu'est la lecture dans ce livre ouvert, d'ailleurs curieux d'en connaître la suite il en tourne les pages
Commentaire n°2 posté par lutin le 23/01/2008 à 10h27
c'est joli comme tout ce que tu me dis là, et je nous imagine
feuilles
tournées par le vent
seconde par seconde
un peu de nous s'enfeuille
oui, le vent est curieux, il cherche à tout savoir.
Réponse de Russalka le 24/01/2008 à 11h40
Le vent, qui ouvre les pages, qui bouge les feuilles, qui ouvre les fenêtres... Qui peut dévaster, mais aussi faire entrer le printemps !
Commentaire n°6 posté par Valentine le 23/01/2008 à 22h18
exactement, Valentine, et chez moi le printemps est déjà là, les rosiers bourgeonnent, je me demande ce qu'il va arriver à la première gelée inévitable de février...
Réponse de Russalka le 24/01/2008 à 11h49

Comme c'est étrange !
Le livre ouvert qui anime les personnages et les paysages, qui fait vivre la fantaisie au fur et à mesure que le vent tourne les pages. L'orage qui accélère les événements...
Mais c'est Bastien dans "Neverending story". Le livre est beau en plus.
Alors toi tu es Bastienne ou la princesse de Fantasia ?

Les livres ouverts sont dangereux mais tant mieux, je trouve ces dangers palpitants.

Ça aussi ça fait partie d'une pensée fantastique mais riche et merveilleuse. Je continue sur la pensée. Bises à Max.
Commentaire n°7 posté par Merlin le zeteticien le 23/01/2008 à 23h15
Oh si tu m'offres le rôle de la princesse de Fantasya, je prends, bien plus palpitant que celui de Bastienne dans l'opéra de poche de Mozart ;o))
c'est marrant mais je n'avais pas pensé un seul instant à cette merveilleuse histoire, Morlaa le vénérable tu fais bien de me la ramener en mémoire car j'ai du la lire des dizaines et des dizaines de fois et regarder le film pareil.
oui, les livres sont des voyages, avec leurs écueils, leurs plages de paix ou d'inquiétude, de vrais compagnons de vie mais cela tu le sais mieux que moi. Max recevras sa bise de toi dès qu'il sera là, ce qui ne saurait tarder, l'intendance est prête en tous cas, mille merci Merlin.
Réponse de Russalka le 24/01/2008 à 11h52

J'entends une voix noire dire ce texte et ces couleurs chaudes*

c'est bonheur !

Une grande richesse de sensation s
s'éveille à la lecture de ces vers
et de leur musicalité lumineuse.

J'ai vu luire des feuilles
vertes
et d'autres blanches

merci conteuse poétesse (ou le contraire)
Commentaire n°8 posté par Le bateleur le 24/01/2008 à 00h43
c'est une voix noire, en effet
en tous cas c'était un peu le but (sourire)
il faut que je retrouve mon dictionnaire de langue batoto
pour faire encore davantage chanter
merci Luc,
conteuse, juste conteuse (sourire)
Réponse de Russalka le 24/01/2008 à 11h54

Aucun commentaire: