lundi 14 janvier 2013

Musique, Peinture, Poésie, Penser * 24 * Epoque baroque L'opéra italien




taormine-theatre-grec.jpg





L'histoire de la voix déclamée ou chantée est indissociable de celle des lieux qui l'accueillirent.
Art par excellence du temps qui passe et s'enfuit, il fallait au chant un écrin dans lequel il puisse  contredire sa vocation première: s'inscrire sur le sable des arènes et s'envoler aux vents.
La toile ci-dessus ( dont je n'ai retrouvé le nom du peintre qui nous en offre les feux des pierres dans l'échancrure desquelles se devine l'Etna ) nous montre bien ce qu'était le théâtre antique.
Situé à distance de la ville, de préférence sur le flanc d'une montagne et tourné vers le soleil, il répondait à une nécessité: purger la société, par des processus d'identifications aux personnages, de ses craintes enfouies et de ses questionnements. La cité réunie sur les gradins allait à la rencontre du monde de l'Invisible afin de mieux vivre dans son monde visible.


Songez-y: douze heures de spectacle en pleine nature, sous un soleil ardent, à l'écoute des dieux dont les acteurs étaient les interprètes. On imagine la transe commune que finissaient par provoquer les conditions réunies de la beauté naturelle environnante, la chaleur éprouvante, la promiscuité, la fatigue et le bruit.

Les temps ont-ils changé?



Théâtre romain d'Orange

orange.jpg



Ni oui ni non... La rupture que vont introduire la dramaturgie romaine et l'architecture qui l'accompagna constitue l'autre pôle de ce que fut et demeure le théâtre. Car lorsque celui-ci se sent enfermé dans des règles ou des murs il ne rêve que de retrouver sa liberté originelle.

Les grecs construisaient leurs théâtres dans la Nature afin que le spectateur prenne conscience de sa place minuscule dans le grand concert cosmique? Les romains les construisent en pleine ville et de préférence immenses, impressionnants, massifs.

Les grecs concevaient la tragédie comme une catharsis bénéfique à tous et chacun? Pour les romains le théâtre est divertissement.

Les grecs en attendaient des visions fécondes? Les romains ne cherchent qu'à s'y faire voir.

Les grecs y recherchaient la cohésion de la cité? Les romains y nourrissent leurs tyrans sous les traits du mécène qui à grands frais avait offert à la ville une scène  et entendait bien être rétribué en retour sous forme de louanges à sa personne...

La dilution des grands mythes au profit de l'apparence conduit lentement le choeur à perdre sa place prééminente dans le drame. Quant au mur de la scène, il n'est plus cette frontière de pierre entre deux mondes éclairés de soleil mais un lieu d'exposition où l'illusion reine est recouverte d'un rideau afin de focaliser le regard des spectateurs, non pas vers une possible révélation intime mais au contraire vers ce qui est à admirer: la statue du mécène et la geste de ceux qui chantent sa louange.









hubert-cailleau-valenciennes.jpg



Curieusement, alors que l'église à la chute de l'Empire  romain interdit le théâtre, c'est en s'appuyant sur la liturgie que le théâtre va reprendre son souffle. Joué dans la nef ou sur le parvis, faisant intervenir souvent tout le voisinage, maisons ouvertes pour l'occasion en guise de décor et machineries complexes permettant de faire voler les personnages, il est prétexte à farce, pastorales, mystères, miracles et renoue au Moyen-Âge avec cette participation populaire  riche de sens qui permettait aux peuples de l'Antiquité de regarder en paix et en face leurs tabous et interdits.

Point d'unité de temps de lieu et d'action ici mais des improvisations plus ou moins codifiées vers lesquelles chacun pouvait se rendre et se nourrir, chaque ville bien sûr disposant de ses tréteaux, artistes et musiciens qui renouvelaient le genre, l'ornementaient pour reprendre un terme musical
.


La Commedia dell Arte relevait de cet esprit populaire fantasque et inventif. Elle aussi se tenait dans les rues investies pour l'occasion par des  baladins que rien n'attachait à rien ni à personne et qui en quelques heures, ayant reniflé l'air du lieu, ses drames minuscules et personnages grotesques, en faisaient une oeuvre de vent pour un peu d'enchantement. Molière s'en réclamait...

Sous la Renaissance les humanistes redécouvrent la perspective linéaire de l'Antiquité grecque. Les décors des pièces de théâtre - qui jusqu'alors se tenaient dans de grandes salles rectangulaires telle celle du jeu de Paume - se limitaient à une toile peinte.

Pourtant, déjà au milieu du XVème siècle,  Charles d'Amboise, gouverneur français à Milan, demandait à Léonard de Vinci  d
e concevoir pour lui un palais doté de  ces machineries extraordinaires qui réalisent entre autres l'un des vieux rêves de l'homme: voler, et surtout qui lui permette de rivaliser avec le duché de Mantoue ( en suivant ce lien Léonard de Vinci, de belles images du codex Atlanticus, clicquer sur les caractères en rouge en bas et à droite pour faire défiler).


Les traîtés de scénographie et de perspective de Sebastiano Serlio vont révolutionner cette approche minimaliste. Le théatre à l'italienne est en germe dans le premier théatre temporaire que celui-ci réalise à Vicenze en 1540.
L'opéra est d'abord un genre accessible sur invitation et dont les livrets s'adressent à un public raffiné et cultivé. Malheureusement les puissants ne peuvent longtemps entretenir leurs auteurs et artistes et peu à peu sous la pression d'une bourgeoisie qui est assoiffée de musique et aussi de se montrer, les salles jusqu'alors réservées à la noblesse s'ouvrent aux marchands et mécènes roturiers.



Théâtre de Vicenze



theatre-olympique-vicence.jpg



On peut voir sur la photographie ci-dessus que le second théâtre de Vicenza est comme les théâtres de l'antiquité contruit en arc de cercle devant un fronton que recouvre un ciel peint en trompe-l'oeil. Construit en 1580 à la demande de l'Académie olympique de Vicenza il a conservé les gradins de bois en ellipse à la romaine.

Il suffira quelques années plus tard de tendre de toiles peintes des chassis coulissants dans des rainures ( chassis selon le cas angulaires ou plats ) pour créer des effets de décor époustouflants.
C'est en 1618 qu'apparait la première salle en fer à cheval, celle du théâtre Farnèse à Parme. Nicola Sabbatini en est le régisseur. Les gradins séparés par un large parterre ouvrent sur une scène plus intime que referme un rideau et un cadre de scène  (ou cage de scène) qui permet les va-et-vient nécessaires au changements de décor dans la coulisse sans que le spectateur puisse voir les machinistes en action. On renoue là avec cette idée de frontière entre visible et invisible. Mais la succession des images que je vous ai choisies vous montre bien que l'on est passé de siècles en siècles d'un théâtre confondu avec la Nature ou du moins l'environnement immédiat à un théâtre d'artifice et d'illusions, replié sur lui-même.




farnese.jpg


Ce théâtre est exactement contemporain de Monteverdi. Il sera malheureusement très peu utilisé car de coût d'entretien énorme, même pour les grandes fortunes qui l'avaient fait bâtir.
theatre-san-cassiano-venise.jpg

En 1637 le théâtre San Cassiano de Venise ouvre ses portes contre paiement à tout spectateur désireux d'entrer, sous condition d'une bonne tenue vestimentaire et comportementale. D'autres théâtres suivront. Venise compte pas moins de seize salles au début du XVIII ème siècle qui donnent spectacle en certaines saisons précises: le temps du Carême et de l'Avent sont réservés à la représentation d'oratorios... Le prix des places ne permet cependant pas d'équilibrer les coûts de fonctionnement et de produire des oeuvres nécessitant de nombreux figurants, musiciens et machinerie dont Nicola Sabbatini a contribué à donner le goût et améliorer les effets.

En 1641 Giacomo Torelli, que l'on nommait " le grand sorcier "  améliore le système des coulisses grâce à toute une machinerie de treuils, leviers et contrepoids qui peuvent mettre en branle simultanément plusieurs chassis de décor et dans les trois dimensions: largeur, profondeur, hauteur. L'architecture et les décors déplacent ainsi le point de fuite loin en arrière de la scène. On imagine l'émerveillement du spectateur découvrant comme un enfant des mondes changeants à la lueur des candélabres.
C'est aussi à cette époque que les inconfortables gradins sont remplacés par des loges fermées qui font de ces théatres à l'italienne de grands vaisseaux à la coque ouverte sur l'intérieur.
Nos armateurs vénitiens pariant sur l'avenir se livrent une guerre impitoyable, " La guerre des loges " pour armer, non plus des navires devenus inutiles en ces temps de déclin du commerce, mais des théâtres dans lesquels les marins se feront machinistes. Et puisque les grands de ce monde ne peuvent plus comme ils le faisaient auparavant s'asseoir sur la scène, on leur donnera les loges qui la surplombent. Quant au petit peuple, il assistera debout au spectacle, juste derrière la fosse d'orchestre.



Théâtre san Carlo de Naples



san-carlo-naples.jpg



La salle d'opéra telle que nous la connaissons encore aujourd'hui a enfin vu le jour

Celle du grand théâtre de Bordeaux que je connais bien...


bordeaux gd théatre



Mais au fait que jouait-on dans ces théatres ou naît l'opéra avec Monteverdi et ses successeurs?
Il nous reste peu d'oeuvres de ces temps là: les conflits locaux se soldaient par la perte d'ouvrages et ceux de papier brûlaient mieux que ceux de pierre. Et puis le compositeur n'avait pas toujours le temps de se faire éditer tant la demande était dense et il était souvent son propre copiste à l'intention des interprètes. Impossible donc de retrouver ailleurs un exemplaire d'une oeuvre qui s'était dissoute dans les flammes.
Mais on sait que Caldara écrivit 90 opéras en 45 ans, Cesti plus de 100, Alessandro Scarlatti 125. L'acoustique des salles valorise la virtuosité des chanteurs auxquels tout est sacrifié: le ballet, le choeur, l'orchestration qui se réduit au seul accompagnement des solistes quand Monteverdi lui avait donné un bel essor. Seule s'en sort indemne la mise en scène orientée quasi exclusivement vers le merveilleux et l'étrange.


Quelques noms ressortent de cette époque, connus des amateurs d'art lyrique et d'élèves de conservatoires. Personnages aux vies mouvementées, romanesques même... Mis à part A.Scarlatti, ils sont aisément le jouet des chanteurs (primo uomo, prima donna) qui réclament souvent que l'on modifie la partition afin d'y intégrer des airs à leur avantage. Devant une telle révérence, comment ne pas comprendre que souvent l'ouverture (ou sinfonia) à la napolitaine n'ait que peu à voir avec la suite de l'oeuvre? De plus, il faut faire plaisir à tout le monde et sur sa lancée le compositeur empile scènes  burlesques, tragiques et récitatifs. L'opéra de Monteverdi, si condensé, à la si profonde unité, est devenu une oeuvre longue dans laquelle sentiment et action sont dilués au profit de tableaux  divertissants.

Carissimi(1602-1676) compose plutôt des oratorios d'inspiration religieuse et jouit d'une réputation fameuse dans toute l'Europe. Il est le maître de Marc-Antoine Charpentier et influencera Schütz, Bach et Haendel.



Jephté, choeur à six voix





Cesti (1623- 1669) marquis et frère franciscain à la conduite licencieuse, il fait la pluie et le beau temps dans toute la péninsule musicale. Il lance la mode des castrats puis, se faisant rappeler sans cesse à l'ordre par ses ordres, meurt empoisonné...
Son oeuvre est d'une infinie délicatesse et subtilité mélodique et orchestrale, sans doute le plus abouti des compositeurs de ce temps là, et connut un grand succès tant auprès de la noblesse que du public populaire.


Orontea,  Acte II sc. XVIII: Intorno all idol mio
( en lien le livret intégral,
cliquer à g. pour retouver l'acte et la scène de cet air)





Stradella ( 1639-1682) compositeur prolifique aux 200 cantates, presque autant de motets, de nombreuses symphonies, opéras, oratorios et il faut bien l'avouer, tout autant d'intrigues amoureuses qui le conduisent à une vie de fuites et embuscades très théâtrales. Paradoxalement une piété infinie qui en fait l'un des compositeurs religieux les plus sincères de tous les temps. Il eut une grande influence sur des compositeurs qui passèrent davantage que lui à la postérité tels Corelli et Vivaldi.


Sinfonia en ré Majeur extraite du Saint Jean-Baptiste




Alessandro Scarlatti
(l659-1725), qui ne se déplaçait qu'avec sa  grande tribu sicilienne et profitait des charmes dont l'une de ses soeurs savait user auprès des grands de ce monde pour obtenir les postes désirés de maître de chapelle ici ou là pour lui et ses proches. Auteur de 125 opéras, 700 cantates et oratorios,  messes, ariettes, madrigaux, œuvres instrumentales diverses qui synthétisent tous les genres antérieurs. Il accorde une nette prééminence à la musique instrumentale  et invente l’aria da capo (air avec reprise) qui met en valeur l’habileté du chanteur. Père de Domenico  Scarlatti, qui fut donc à bonne école, il jouit dans toute l'Europe d'une réputation méritée.

Pendant ce temps un dénommé Lulli, sans doute séduit par  un Roger de Lorraine fort amoureux, quitte à treize ans l'Italie pour la France sans savoir le destin qui l'y attend et dont il saura se rendre maître...



Agar et Ismaël exilés, aria










6 commentaires:

Viviane Lamarlère a dit…


Je reviendrai te lire tranquillement (en attendant j'ai admiré les images...). C'est étonnant, depuis que je suis en retraite, j'ai moins de temps à consacrer aux blogs !! En effet, auparavant, étant toute la journée sur un ordinateur, je pouvais "jongler" en douce, et lire ou écrire de mon boulot. Alors que maintenant, je sors davantage, eet lorsque je suis sur l'ordi, comble, je bricole autre chose : en ce moment m'a fille m'a demandé de lui transférer des cassettes audio en disques CD, car elle n'a plus de lecteur cassettes ; et comme ces cassettes étaient des enregistrements de vieux microsillons, je galère à essayer d'effacer les craquements et les bruits de fond. Je crois que ce genre de boulot va me prendre de plus en plus, car des enregistrements de vinyles, dieu sait que j'en ai !...
Commentaire n°1 posté par Valentine le 22/01/2010 à 11h07
Comme je te comprends... Hier j'ai passé quasiment ma journée dans le jardin afin de préparer le printemps qui ne saurait tarder maintenant. Il faut dire que mes bulbes d'automne semblent vouloir pointer le nez, alors, je les ai découvert du tapis de feuilles que chaque coup de vent avait d'abondance répandu un peu partout.
POur ce qui est des transferts de Fichiers que ce soit des disques vinyles à transformer en CD ou des K7, Michel a galéré quelques temps et fini par renoncer, donc là aussi, bon courage!!
Réponse de Russalka le 24/01/2010 à 09h30
Magnifique article sur le théâtre que tu sais bien j'adore, de plus tu as mis de belles photos dont celle du téâtre de Bordeaux . Merci infiniment Viviane, bises
Commentaire n°2 posté par aimela le 22/01/2010 à 17h36
Cela me fait très chaud au coeur que tu aies aimé, j'espère que de ton côté vos prestations théatrales ont repris et continuent de donner de la joie aux spectateurs?
Bisous Aimela et à tout de suite ;o)
Réponse de Russalka le 24/01/2010 à 09h33

Viviane Lamarlère a dit…


J'ai eu le bonheur il y a quelques années de me rendre avec ma chère Maman sur ce lieu sacré et d'y entendre une magnifique Aïda. Votre article une fois encore creuse et réjouit les yeux et les oreilles. Magnifique choeur de Jephté dont j'ignorais tout jusqu'à ce soir ( en musique en tous cas ). Je vais me le procurer.

Merci aussi du souvenir que vous réveillez ainsi. Il m'est preuve que le temps apaise.

Amitiés,

Joubert
Commentaire n°3 posté par Joubert le 22/01/2010 à 20h18
Carissimi est de ces grands maîtres du passé avalé par les guerres, les destructions massive d'oeuvres d'art etc. Heureusement ceux qui l'admiraient ont avec patience recopié bien de ses oeuvres, on dit même que le grand Charpentier a retranscrit d'oreille toutes ses messes...
Merci Joubert d'avoir emboité le pas à la visiteuse de théâtre
je suis heureuse de ce souvenir qui vous a apaisé, vraiment.
Réponse de Russalka le 24/01/2010 à 09h35

Viviane Lamarlère a dit…

e lieu où l'on pose son corps
influence la pensée
et la réception de ce qui transpire du monde

Merci pour cette échappée vers le théatre des opérations

Voilà qui remet en mon esprit ces interactions essentielles du lieu qui nous accueille.

Et bravo pour ce nouveau chapitre de ce bel ouvrage.
Commentaire n°7 posté par Lélio le 23/01/2010 à 15h38
Hier j'ai consacré ma journée à notre jardin
les pensées s'en sont trouvées rafraichies, le corps neuf, le geste plus aimant, moins mécanique
oui, tu as raison Lélio
nous avons besoin de la lumière que nous offre la nature et la confidence sempiternelle avec l'écran influence notre joie de vivre
merci de cette écoute présente.
Réponse de Russalka le 24/01/2010 à 09h48

Viviane Lamarlère a dit…

Oui, comme l'explique bien ici "Cornebleue" sur Canalblog l'âne était parfois solennellement introduit dans les églises, comme humble porteur du Christ à diverses reprises, et fidèle serviteur de l'homme, arrivé paraît-il d'Orient. C'était bien sûr au Moyen âge, et ce couplet signifie :
"Des confins de l'Orient
L'âne nous est parvenu
Beau et rempli de force
Super apte à porter des charges"

Le second couplet, nous le chantions en français :
Eh, sire âne, çà, venez,
Vous aurez du foin assez,
Et de l'avoine à planter,
Et du grain à rechigner.
Hé, sire âne, hé !

Cela se chantait sur un rythme dansant, à une voix avec une seconde sur le refrain. Maman avait certainement trouvé ça dans un ouvrage destiné à la population scolaire de l'époque et publié par un quelconque inspecteur d'Education musicale.
Commentaire n°9 posté par Valentine le 24/01/2010 à 10h46
Tu es vraiment adorable de me donner toutes ces précisions. Justement nous allons visiter en Avignonnais le musée des santons, et je me doute que le petit âne sera bien présent près les crèches
merci encore donc et @ tout bientôt...
Réponse de Russalka le 27/01/2010 à 12h4

Viviane Lamarlère a dit…

Je me suis souvent demandé quelle était la généalogie du Bel Canto. Quelle idée que celle qui consiste à vouloir chanter non pas confidentiellement au coin de la cheminée, autour d'un feu de camp ou juste autour d'une table à l'occasion d'un repas normal ou d'exception ? J'ai eu encore à ma disposition, les cantiques ou autres psaumes et chants religieux qui rythmaient les messes de mon enfance (car j'étais obligé d'y assister) et je m'étais dit que ce mème du chant puissant (comme la voix de Pavarotti qui ressemble à celle que l'on pourrait prêter à Dieu), que ce mème de la déclamation/incantation devant témoins était comme tant d'autres culturèmes musicaux d'origine religieuse et qu'ils avaient fini par passer dans le domaine profane.
Alors, comme tu le signales, si l'écrin n'était plus l'église ou la cathédrale, il fallait bien que ce fût un théâtre grandiose, à l'antique, dans lequel on pouvait à la fois s'adresser aux Dieux et aux Hommes. Dans les théâtres grecs ou romains - ce qu'il en reste - je me suis essayé un peu à l'acoustique (en privé ou en catimini si tu préfères) le son est suffisamment puissant quand la voix délivre sa mélodie et son texte à un volume normal. On entend même froisser une feuille de papier à rouler le tabac au dernier rang...
Dans des théâtres de petite taille comme celui de Saint-Lô, je me suis livré aussi à quelques essais et j'y ai écouté des cantatrices de très haut niveau (des russes notamment). Pas besoin de forcer le volume !
Mais à plus grande échelle, il est vraisemblable qu'il faille ... pousser un peu la machina.
J'ai eu l'occasion d'assister dans mon enfance, dans ma jeunesse, à des représentations théâtrales en plein air données par des troupes itinérantes (comme l'était celle de Molière), souvent d'origine italienne d'ailleurs. Eh bien, s'il fallait pousser la cansonnetta pour le rôle, ça se faisait tout seul ! Je me souviens singulièrement du théâtre MONTANARI
http://www.maisondamis.org/castrogonterien/chateau-gontier_123.html
certains s'en souviennent encore : des vieux comme moi... La voix y était travaillée pour le théâtre et le chant aussi et ça marchait fort ! ;o))

Il a fallu pour faire vivre cet art du théâtre, de la représentation musicale, de l'opéra et développer toute cette mise en scène en vue de faire rêver les spectateurs, construire des édifices plus beaux et plus vastes les uns que les autres, même si pour moi, c'est la Commedia dell Arte qui recueille la majorité de mes suffrages. Mais bon, à chaque représentation son décor et à chaque voix sublime son écrin !

Merci de cette recherche historique, iconographique et musicale, Viviane. Cet article est bien dans la veine des 24 autres ! J'ai aimé écouter les différents extraits que tu avais choisis.
Je suis intimement convaincu au-delà de cela, que l'art du Bel Canto n'a pas commencé au XVIème siècle, mais bien avant. Parmi les trouvères, baladins et autres troubadours ou chantres du dimanche, il devait bien y avoir aussi de très belles voix puissantes qui usaient de leur talent vocal pour attirer & séduire les foules ou les badauds. Opérationnels eux aussi...
Commentaire n°12 posté par Merlin le 01/02/2010 à 16h48

Viviane Lamarlère a dit…


Je crois que notre bel canto s'inscrit dans le lignage du théâtre antique. Je n'ai jamais eu l'occasion de vérifier l'acoustique de ces magnifiques théatres grecs ou romains, et pourtant nous aurions pu faire un détour par Orange il y a peu, mais le temps nous était compté...
Quand j'étais enfant je chantais dans les dépendances de Jautan. A l'étage cinq pièces vides en enfilade reliées par de grandes portes que je laissais ouvertes. La résonance y était exceptionnelle et là aussi, comme tu le dis, sans effort.
La chapelle du Pape ou le réfectoire immense du Palais des papes offrent cette acoustique exceptionnelle que tu décris, dans els théâtres antiques, où même le murmure est perçu à l'autre bout de la salle ( ce qui laisse préjuger de l'intimité possible à qui voulait se confier et explique cette habitude des prélats de parler à voix très basse, comme à confesse, les pièces ne leur permettant pas de converser à voix haute sans crainte d'être entendus...) . Et je me dis qu'il était tentant, comme tu le signales si judicieusement, de faire gronder la voix à l'instar de celle de Dieu ou des Dieux, sans trop forcer car le son se développait sans effort en ces endroits.

Nous avons par exemple visité la chartreuse de Villeneuve lès Avignon, une acoustique terriblement efficace dans ces corridors et réfectoire. Le moindre pas de ces moines ayant choisi le silence devait prendre sens pour une oreille avertie et entraîner moult réprimande ( une prison se trouve au fin fond de la chartreuse on pouvait y être emprisonné un an pour simple délit de possession d'objet privé) .

Oui, les voix naturelles ont toujours recherché aussi bien dans la nature ( je pense aux fabuleux lieux de résonance que sont les gorges de rivières, les canyons, les grottes) que dans les murs de leurs constructions de plus en plus élaborées un espace où emprisonner ce mystère qu'est pour celui qui chante sa voix. On ne s'entend pas vraiment chanter, et quelle joie donc que celle d'un retour ( ou d'un simple écho) qui amplifie les harmoniques, développe l'aigu, assombrit les graves. Les trouvères devant chanter par dessus le bouhaha des banquets ou contre la muraille des donjons connaissaient déjà le bel canto au moins dans sa nature " projection" si ce n'est dans sa nature " ornementation" , c'est une évidence
Merci de ton beau commentaire et de ton témoignage d'amoureux de la voix... et de ses mystères :o)


Réponse de Russalka le 03/02/2010 à 09h46