jeudi 17 janvier 2013

Musique, Peinture, Poésie, Penser * 31 * Corelli et l'éclosion de la forme sonate







image_daumier.jpg

Honoré Daumier, Don Quichotte

" Ne pleure pas, Sancho, ne pleure pas, mon bon... Ton maître n'est pas mort, il n'est pas loin de toi, il vit dans une île heureuse où tout est calme et sans encombres "...

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/18_Chansons_de_Don_Quichotte_Et_Chanson_de_Sancho__Chanson_de_la_Mort.mp3&

Ainsi Alexandre Arnoux, parolier de Jacques Ibert, aurait-il pu illustrer en mots cette magnifique page de Daumier.

Nous sommes en 1616. Cervantes vient de mourir, laissant son héros rejoindre d'autres aurores sous le regard bienveillant et aimant de son valet. Cette même année disparaît Shakespeare. Deux géants qui abandonnent un monde empli d'ombres et pourtant tout tendu vers mille découvertes.




roma giordano bruno campo 9541


Giordano Bruno

Seize ans déjà que l'Inquisition, après un procès acharné, a condamné Giordano Bruno à être brulé vif. Il ne fait pas bon en ces temps-là affirmer  " qu'il existe une infinité de terres, une infinité de soleils et un éther infini. "
Il ne fait pas bon avoir du courage.

De ce courage il ne manque pas non plus aux milliers d'hommes et de femmes déportés du continent noir depuis plus d'un siècle et demie, pour l'enrichissement de certaines corporations occidentales ou richissimes bédouins. Et comment ne pas être tentée d'opposer la douloureuse chorégraphie de ces femmes noires sous un ciel que l'on devine sombre:




aae.jpg




à cette Allégorie de la Musique et du Temps peinte par Nicolas Poussin, si lumineuse au contraire, et qui témoigne cependant elle aussi d'une forme de courage en une période où il était risqué de soutenir les dernières avancées de la science. Pour qui prendra le temps de décrypter cette oeuvre ( Ici un site qui facilite cette lecture ) elle est un véritable hommage à l'héliocentrisme condamné par l'Eglise ... en 1616.



Poussin-danse-de-la-musique-et-du-temps.jpg


Poussin : Ronde de la Musique et du Temps


1616. Un an plus tôt, le grand Gabrieli a publié son second recueil de  Canzoni et sonate. Ce recueil constitue à lui seul la charnière entre la sonate que nous connaissons, celle qui est entrée dans nos vies à travers Beethoven ou Mozart, et les sonates primitives.
Ce mot, sonate, permettait de  distinguer les pièces faites pour être sonnées ( jouées avec des instruments à vent) de celles faites pour être touchées ( toccata, sur luth, clavecin, orgue etc)  ou chantées ( cantata ).

A cette époque là, les verbes jouer et sonner étaient réservés avec une certaine condescendance aux musiciens des champs. La Toccata et la Cantata étaient l'apanage de la haute société des musiciens savants...  Conséquence somme toute assez logique de la classification médiévale des basses et hautes danses, bas et hauts instruments : l'art musical est aussi un marqueur social. D'ailleurs, si on y regarde de plus près les instruments que l'on sonne sont encore aujourd'hui des instruments liés à la campagne et ses activités comme la chasse.

Mais qu'est-ce qu'une sonate?
Il existe deux définitions à ce terme et souvent mêlées, ce qui complique leur compréhension. Une sonate est à la fois une pièce de musique et la structure interne qu'elle peut prendre.

Voyons la première définition.
Une sonate à l'époque baroque est une pièce pour instrument soliste accompagné ou pour petit ensemble.
On distingue :
- la sonate à deux ( due) dans lequel un instrument brillant comme la flûte ou le violon se fait accompagner par un luth ou une viole de gambe  ou encore  un clavecin. L'instrument accompagnateur tient ce que l'on appelle le continuo ( cadre rythmique et harmonique qui soutient le soliste )
Cette sonate évoluera peu à peu vers une pièce pour instrument soliste, sans accompagnement. Nous y reviendrons avec Scarlatti.

- la sonate à trois ( tre ou en trio ) qui oppose le plus souvent deux violons à un clavecin ou un orgue.
Cette sonate à trois se divise elle-même en deux genres: sonate d'église ( da chiesa) et sonate de chambre ( da camera ).
La sonate d'Eglise comporte une alternance de mouvements lents et rapides, pas plus de quatre. Elle connait son apogée avec Corelli.
La sonate de chambre est plus libre dans sa forme. Elle aime à faire se succéder des mouvements très variés et divers, elle donnera naissance à la suite de danse que l'on nomme partita.


abrahambossecinqsens.jpg


Abraham Bosse:  La musique


Regardons maintenant la seconde définition.
Sonate est le nom que l'on donne à  une  structure formelle très codifiée.
En quelque sorte le squelette du morceau, son agencement intérieur.
Cette structure découle très clairement de l'extraordinaire évolution des instruments à qui toutes les prouesses techniques sont désormais permises.
Mais également de deux renversements de priorités.

Le clavecin qui tenait un modeste accompagnement devient le soliste qu'entourent les instruments à cordes.
Et puis jouer ensemble ne revient plus ( ou plus seulement ) à broder sur un même thème. Désormais l'écriture va être plus fouillée. Elle va mettre en opposition des tonalités, des rythmes, hiérarchiser les thématiques.
Peu à peu la sonate  d'origine, aux quatre mouvements concertants qui mettaient tour à tour en valeur les instrumentistes, ne conserve qu'un seul mouvement dont les péripéties et la structure interne auxquelles on ne peut plus déroger constituent la " forme sonate ".

corelli-2.jpg


C'est Arcangelo Corelli qui va poser les fondements de la sonate telle que décrite dans la première définition ci-dessus.
Ce violoniste aux dons précoces (il fut admis à 17 ans dans l'illustre Académie philarmonique de Bologne) n'aura qu'un credo durant toute sa vie: la beauté chantante de la mélodie. S'éloignant des virtuosités  gratuites et des tentations de vitesse qui signent toujours les périodes de décadence musicale,  il n'utilisera dans ses oeuvres qu'une tessiture restreinte de son instrument, la plus proche possible de la tessiture de la voix.

Là où d'autres se dispersaient à composer des oeuvres de tous genres, lui ne compose que pour instruments et son oeuvre tient en six recueils. Mais travaillés longuement, avec l'amour de l'artisan qui sans cesse sur le métier remet son ouvrage.

Chef d'orchestre au grand talent, il dirige (ce qui est rare pour l'époque) des ensembles qui  comptent jusqu'à 150 musiciens. Il lui faut alors une singulière autorité pour  leur imposer  ce que Lully a déjà obtenu à la cour de Louis XIV: que les archets soient tirés ou poussés tous ensemble dans le même sens. Il lui arrive même de suspendre un concert en plein milieu si un archet dissident apparait dans la foule de l'orchestre...
Sa technique du violon laisse son empreinte chez ses successeurs au point qu'aujourd'hui encore, les variations de son Art de l'archet font partie du parcours obligé de tout violoniste.
L'Europe entière pour terminer aime Corelli, l'écoute, l'imite. Vivaldi, Albinoni,Telemann, Muffat, Bach, Haendel se réclament de lui.



stilleben mit musikinstrumenten k010072


C'est à lui enfin que le violoneux, si tenu en mépris et considéré comme de la valetaille, doit de changer de statut, être admiré des foules et invité à la cour des grands.
Mais place à l'écoute. J'ai choisi pour vous la sonate d'église en Fa majeur opus 1 N° 1, dédiée à Christine de Suède, grande amie de Blaise Pascal et de René Descartes. Ceci pour situer.
Cette sonate à trois est comme souvent chez Corelli une sonate à quatre: deux violons, un théorbe, un orgue. Sa simplicité thématique en fait une oeuvre exemplaire. Corelli détestait la vituosité gratuite, ici il n'y en a guère...

Le premier mouvement débute avec lenteur par un motif descendant au premier violon ( Do, si bémol, la, do, si bémol, la, sol, sol , fa ). Ce choix de la lenteur était si inhabituel pour entamer une sonate que les compositeurs de l'époque y reconnaissaient une des marques du génie de Corelli... Il est légèrement soutenu par le théorbe. L'orgue dont on discerne à peine l'accompagnement  permet à la phrase des deux violons de se dérouler en toute quiétude.
Le second violon répond avec quelques ornements discrets... Comme il se doit la pièce se termine sur le Fa de sa tonalité


C'est sur un Fa que débute le  deuxième mouvement, plus enlevé et écrit et sur un motif ascendant,  en miroir de ce qui a précédé. Les deux violons y déroulent alternativement une portion de gamme sur laquelle leur alter ego brode sans affectation.


http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-02_Sonata_No_1_In_F_Major_Op_1__II_Allegro.mp3


Le troisième mouvement est une reprise à la tierce et ornementée du motif qui débute le deuxième. Le luth y tient une partie plus consistante, qui contribue à l'atmosphère mélancolique, par ailleurs en accord  avec la nature profonde de Corelli qui vécut toute sa vie dans cet état d'esprit


Le dernier mouvement est une ritournelle très rythmée faite de contrastes de nuances et de tempi. Les réponses en canon permettent d'entendre séparément chacun des protagonistes. La fin est superbe avec sa descente chromatique qui ne réussit pas à contredire le climat général du mouvement.


 

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bon Jour Dame Belle
Bon Soir Dame Noble,
Vagabondant par les rues, monts, et boulevards de ce drôle de Miroir Collectif, en quête de Notes à propos de Corelli et de Sonate d' Eglise, voilà que je découvre votre Blog.
Voilà qu' en guise de Mai, tout enivré par la richesse, le raffinement et la puissance de votre Oeuvre ; que charmé vaincu par l' harmonie de ces couleurs et mouvements dont les éclosions, entre Image et lumière, je vous rêve flocon de Lys rose et bleu ... Dès lors, naissant de la rencontre entre votre regard poétique et cet écran à solfèges , je ne peux m' empêcher de vous exprimer mon émotion, tant j' ai été ravi par tant de Savantes Beautés.
Oui, voilà qu' en guise de quai, je découvre un Océan, où j' aime à me noyer dans quelque sève, songeant à ce nuage, qu' entre une Cantate et un Pétale, vous illuminez au feu de votre Âme ravissante.
Dame, permettez-moi de vous murmurer loin du bruit des Villes : vous êtes ... Toute Poésie.
Un Admirateur.
https://www.youtube.com/watch?v=NLrNhMGPQtk

Viviane a dit…

Merci Noble messager
de ce retour tout en flamme,
il me sied
au coeur comme à l'âme