mercredi 9 janvier 2013

Musique, Peinture,Poésie, Penser *10 * Le Llibre vermeilh de Montserrat






Qui a approché les dents aigües du Mont Serré entre lesquelles siffle un vent rageur  peut comprendre ce que représentait pour les pélerins l'arrivée au monastère de Montserrat en Catalogne, dans le froid, la fatigue et la faim. Car aux abords de l'édifice, c'est le silence soudain, profond, velouté, juste interrompu à heures régulières de sonneries de cloches ou de chants pieux, qui les accueillait et courbait leur col devant la majesté naturelle de l'endroit.

Le monastère en lui même est rude. De forme, de couleur, d'accès. Mais on le sent solidement accroché à la nature environnante et presque la protégeant de son grand corps grumeleux. Combien devaient se sentir à l'abri des tumultes du monde et des hommes les moines et premiers pélerins qui y aboutissaient, pour certains après une ascension à genoux.
Il recèle des trésors miraculeusement échappés aux incendies et aux guerres napoléoniennes.
Fondé en 1027 sur les ruines d'une église du IXème siècle, il reste dédié à
une vierge noire, cette Moreneta qui rappelle à chacun la Terre matricielle mais aussi cette matière humaine dans laquelle il convient de creuser sans relache pour y trouver la lumière enfin.



Ce haut lieu des pélerinages Catalans était en contact permanent à la fois avec les monastères de Gallice, de Catalogne, Aragon et Castille, mais également les écoles et monastères situés de l'autre côté des Pyrénées.  Ce qui en fait un lieu exemplaire de la musique espagnole des XIIème et XIIIème siècles, nourrie des influences juives, byzantines, wisigothes, celtiques, espagnoles, arabes ou Mauresques.
Les moines faisaient leurs études musicales et de copistes à Montpellier, Perpignan, Lerida, Barcelone, Paris ou Bologne. Très vite Montserrat devint un lieu de pélerinage aussi important que Compostelle mais également un site de musique religieuse de tout premier plan qui inventa sa propre graphie des notes dans le respect des apports de l'Ars Nova. Il faut dire que l'acoustique particulièrement belle et ample, la Scola Cantorum active et surtout une immense bibliothèque dont nous reste, entre autres merveilles, le Llibre Vermell ne pouvaient que pousser les
moines au chant et à la création.

L'ouvrage date de 1399. On n'imagine pas avant de l'avoir vu " en vrai " la taille de ce livre. Posé sous cloche afin de le préserver des usures du temps, recouvert de sa belle robe de velours rouge, ses 45 cm de hauteur sur 33 de large émeuvent dès le premier regard.
L'attachement que j'éprouve pour lui tient autant à une interprétation qui me bouleverse, celle de Jordi Savall et sa compagnie, qu'au sentiment d'entendre vibrer dans cette musique les épousailles du sacré et du profane, l'alliance du paganisme et de piétés multicolores venues d'Orient, des Flandres, d'Allemagne, de France ou d'Italie.

L'histoire mouvementée de l'Espagne, les influences qui s'y tissèrent durant les multiples invasions, les guerres si longues et les si relatives paix,  la grande ouverture d'esprit d'Alphonse X le Sage ( 1221-1284) sont pour beaucoup dans ce que l'on va entendre ici. Ses fameuses 
Cantigas dont on trouve quelques pièces dans le Llibre Vermell étaient en effet composées en langue Gallega ( de Gallice), interprétées par des musiciens venus de tout le monde connu alors et inspirées des Miracles de Nostre-Dame du trouvère Picard  Gauthier de Coincy.


( Cliquer sur la photo pour accéder à toutes les enluminures de ces Cantigas)

Jusqu'au XVIII ème siècle, on eut le droit de danser dans les églises espagnoles à certains moments de l'office, quoique la papauté avait depuis longtemps en d'autres pays condamné ces chansons à danser dans lesquelles s'exprimait pourtant toute la ferveur des êtres.
Le corps ne sait-il donc lui aussi dire ses prières? Et n'a-t-il le droit de les formuler en gestes et pas de danse?

Les moines anonymes de Montserrat savaient cela, qui recueillirent  les chants des pélerins, leur offrant de danser durant le jour sur des airs dont le succès depuis des dizaines et dizaines d'années
et le caractère qui n'offensait ni la piété ni la méditation justifiaient qu'ils soient enfin consignés dans un livre.



On dispose alors avec ce recueil de la plus ancienne collection de chants et danses de pélerins en Europe. Des 172 feuillets, seuls 137 nous sont parvenus.
Ils réunissent des poèmes et sermons, quelques unes des versions instrumentales et poétiques des Cantigas d'Alphonse X, dont six ou sept sur les quatre cent vingt-six avaient été spécialement composées par le Roi pour la Vierge noire de Montserrat, et surtout ces dix chansons qui, à l'exception de O Virgo splendens - qui utilise la notation du plain-chant ( notation carrée) - sont toutes écrites avec le système de notation né de l'Ars Nova.

Mais place à la musique que l'on entend.
Les oeuvres, telles que proposées dans le disque que je vous conseille vivement de vous offrir, ne sont pas présentées dans le même ordre que dans le livre.

Voici pour commencer cette écoute partielle le O Virgo splendens ( Ô Vierge resplendissante ).Dans une ambiance tout à fait bucolique ( on y entend un coq chanter... lui aussi) nous retournons au chant grégorien. La mélodie y est divisée en treize phrases correspondant à peu de choses près à chaque vers.












Cuncti simus concanentes ( Nous sommes tous ensemble ) dont vous voyez ci-dessus un fac-simile, est une des plus belles pièces de l'ouvrage. Elle commence par une ritournelle orchestrale aux sonorités mélismatiques très orientales. Tous les instruments de l'orchestre y accompagnent les strophes de la prière Mariale.

Précisons que ces instruments devaient être de petite taille afin d'être aisément transportés. Ici vont se tisser les uns aux autres 
la vièle, le rebab, la lyre, les flutes, le cornet à bouquin, la chifonie, le psalterion, la bombarde,  la cithare, le luth, la rota ou crwth originaire du pays de Galles, la cithare à percussion, le carillon, l'orgue portatif, le  sacqueboute, ancêtre du trombone, des percussions diverses, et la petite harpe. Orchestre coloré, de multiples origines qui vont chacune à leur place apporter leur lumineuse sonorité à cette prière dansée...











Je vous propose maintenant d'écouter la merveilleuse Montserrat Figueras dans le très beau Mariam Matrem dont voici tout d'abord un des feuillets originaux. On attribue cette pièce, à trois voix et aux rythmes syncopés qui dénotent un très grand savoir-composer, à un des compositeurs français ou flamands dont aimait à s'entourer le Roi d'Aragon. Cette polyphonie qui réclame des voix très maîtrisées et à la tessiture élevée est un bel exemple de l'Ars Nova Catalan:


 
Ici encore,  forme virelai dans lequel la voix soliste dialogue avec le choeur de femmes, accompagnées les unes et les autres par l'ensemble de flutes, la vièle, la rota, le luth et la petite harpe. Je vous laisse écouter la voix légèrement nasalisée de la chanteuse, presque dépourvue de vibrato, lequel était déjà considéré à l'époque comme un ornement. De cette absence nait une extraordinaire paix.










Enfin la danse macabre " Ad mortem festinamus " ( Nous nous hâtons vers la mort ), finale bien joyeux où se retrouvent tous les interprètes avant le retour du premier air dans le style grégorien qui clot le cycle.
Le texte de cette danse était connu depuis 1267 en France et en Irlande et je trouve pour ma part un climat très celtique à cette ronde au rythme et à la mélodie obsessionnelles brutalement interrompus sur une cadence interrogative, bien à sa place dans une évocation  de ce qu'est le destin de tout humain: courir vers Elle... Viendrait bientôt le temps des grandes épidémies.













3 commentaires:

Viviane Lamarlère a dit…


Quel merveilleux voyage, vers ce monastère, puis vers l'écoute des chants qui ont pu l'animer ! J'aime surtout ce grégorien repris à plusieurs voix (ce que je n'avais jamais entendu), et regrette amèrement que l'église en ait abandonné la pratique.
Commentaire n°6 posté par Valentine le 13/09/2008 à 15h26
sais tu que, quoique pas croyante, je suis moi aussi pleine de regrets de la disparition de ces chants qui apaisent?
La vogue new age des années soixante n'a pas arrangé tout ça...
mais j'ai souvenir en Afrique de monastères où l'on chantait ces chants. Une vraie paix.
Bisous!
Réponse de Russalka le 13/09/2008 à 1

Viviane Lamarlère a dit…


Pour l'inculte comme je le suis
cet article (et d'autres que tu nous as donné)
est un véritable cadeau

merci pour ces chants à élever l'âme

Commentaire n°10 posté par Luc Comeau-Montasse le 14/09/2008 à 16h29
Merci Luc d'avoir pris le temps
de ces chants
qui m'apaisent.
Réponse de Russalka le 15/09/2008 à 12h40

Viviane Lamarlère a dit…

Cette série mériterait un petit livret avec un CD. Je n'ai rien à ajouter à ce commentaire pour l'instant. Tu sais aussi bien que moi le plaisir que j'ai à lire des articles qui questionnent notre histoire culturelle.
Oui Montserrat est un grand lieu monastique Catalan. Montserrat est aussi une extraordinaire pièce de théâtre d' Emmanuel ROBLÈS qui m'avait beaucoup impressionné, bien plus que le théâtre de Jean-Paul SARTRE.
Oui, on devine tout le travail qu'il a fallu pour concevoir ce texte
"Llibre Vermeil de Montserrat"
et toute sa mise en page. Bravissimo !

Commentaire n°13 posté par Merlin le zeteticien le 17/09/2008 à 21h55
Tu sais, ce ne sont que mes cours de musique que je mets en ligne. Mais il est vrai que je n'imaginais pas alors ( et encore aujourd'hui) des cours autrement que recouvrant au maximum les différents espaces de la créativité humaine.
Je ne connais pas cette pièce et viens, grâce à toi de me la commander ( d'occasion )
Mille merci Merlin et à bientôt;
Réponse de Russalka l