jeudi 10 janvier 2013

Prisme



g023-delaunay-simultaneous.jpg

Penser l'infra
en rouge nombre
palette sang
chairs caressées, peintes, gobées
terreau des fleurs
insaisissables, au vent volées


Oser l’orange goût soleil
aubes promesses veinées de miel
les yeux encore enclos des songes
plumeux et bronze


Voir se lever l’or du matin
en jaune et bleu, puis née soudain
riche de chutes
de revers
pointés piqués grands déboulés
sur le grand tableau de l’occulte


Tisser le vert
des chants de lutte
des communions,
des azimuts
aux angles ronds


Dire le bleu
l’infiniment
du temps qui court un deux trois quatre
passé ici, reviendra-t-il ? un jour sans doute
ou une nuit


Chanter les larmes indigo
en cueillant
les miettes de pluie
voile si doux, allo tango
chars, lie, le vin à mère, à flots


Dormir enfin dans le silence
Celui qui tait
l’ultra sans cible
du violet sombre,
me dissoudre,
ruisselet
mots noyés
en dé
coudre


Toile de Robert Delaunay

Aucun commentaire: