vendredi 11 janvier 2013

Proximité





Joie
devenue l'eau de l'approche
joie paumes brèves écorchées

Ô mon arbre d'écorce pure
tant d'arbres et je te choisis

Chaque saison fut une ivresse
chaque rencontre un vent brûlé

Il me fallut ce tant d'hiver
pour aimer
la chair noire de tes caresses hautes
le cri plein de soleil où je t'attendrais sans



Non pas le cercle sage
où s'exauce la mort
du feu

Ni le juste carré
prison sûre et peu sombre
aux peines vagabondes

Mais l'arrière-pays où mes mains
heureuses de n'avoir touché

Aucun commentaire: