jeudi 10 janvier 2013

Sator






infini.jpg
S ème, Sator, sème
A vant que le soleil ne vienne réclamer
T ribut de sa chaleur
O nde  fauve assoiffée de
R osée

A pprends, Sator, apprends
R ouge noir ou  lumière
E t  vers l'horizon va sans jamais te distraire
P as même du parfum en sublimes brassées
O r  surgi subreptice entre les grains de blés

T iens, Sator, tiens
E n tes mains de questions cette croix qui serpente
N oces d’eau
E t de feu
T iens ferme ton dessein

O uvre, Sator, ouvre
P our naitre dans l’humide une fleur achevée
E t si le temps t’apeure ne le fuis mais découvre
R oule sans fin le soc un sens et puis un
A utre  elle tourne la roue de l’orvet infini

R écolte, Sator, récolte
Πuvre enfin accomplie
T on rêve s’est fait pierre, ta sueur  est un temple
A ux portes dévoilées
S ubtil est le chemin, Sator Arepo Tenet Opera Rotas

Aucun commentaire: