mardi 15 janvier 2013

Son chemin de pinceau





Son chemin de pinceau comme on tient sa maison

    gestes savants et simples
solitude embaumée d’odeurs
            petits défauts posés
rattrapés
    ou laissés à leur vie cachée dans les plis et replis
abandons en multitude
Sous la couleur
un monde

       lignes infinies
ponctuées
de lieux qui contiennent tous les autres
Lorsque je peins

mon coeur est apaisé et le corps sans défenses
c’est comme si j'accouchais d'une autre heure dans l’espace

Aspirée

    dans l' univers sans carte et sans géographie qu’est la toile
Est-ce moi qui glisse dans ses failles

ou sa chair qui s’immisce et       
    m’emporte
dans la lumière noire que je n’attendais pas ?




Aucun commentaire: