samedi 2 février 2013

Bols



1032715990.jpg



On ne fabrique plus ces grands bols de faïence
Aux guirlandes bleutées
Où s'enroulaient contents les petits
poings d’enfance
Lèvres chocolatées

Pourtant on s’y perdait en appuyant les yeux
Sur les îles de lait
Dont la peau se fripait
Dans un grand coin du cercle

J’aimais imaginer caressant les fissures
Esquissées mais à peine
Que j’ouvrirais un jour un delta de blessures
Et sur le flux bouillant aux  mulâtres marbrures
Irais penser la nuit en des terres lointaines


par Viviane Lamarlère publié dans :

8 commentaires:

Valentine a dit…

Que de rêve sur un bol de chocolat ! Un magnifique poème que je ne connaissais pas (et qui est peut-être nouveau ?

Miche a dit…

Me souviens... d'un cendrier posé sur le buffet de la salle à manger...
J'y voyais un couple de danseurs...

... "ces terres lointaines" qui sont en nous ...

Martine a dit…

Ces bols , je les aime tant par tout ce qu'ils véhiculent comme images souriantes. j'en ai deux grands dans ma cuisine. Dont un un peu ébréché mais tant pis.

Juste avant ce merveilleux poème, les derniers coquelicots sont un bijou également... comme tous tes poèmes Viviane.
Tout est beau : les mots, peintures, photos...
Merci

Bonne fin de dimanche ;)
Martine

lutine a dit…

Ces bols je ne les oublie pas, mon arrière grand père avaient les mêmes, je me souviens qu'ils étaient lourds, ou alors c'était moi qui n'avait pas encore suffisamment de force pour les tenir en mains :-)

Viviane Lamarlère a dit…

Mille merci Valentine, non c'est un vieux poème, je n'ai plus guère le temps d'écrire, prise que je suis entre les travaux au jardin( hé oui, même en hiver ;o)), ne serait ce que déblayer les feuilles qui sinon feraient ^pourrir mes plantations et il y en a avec tous nos chênes...) ma mère de plus en plus compliquée à vivre, et le reste! Bisous!

Viviane Lamarlère a dit…

Miche, les objets ont une vie intérieure, au poète de pénétrer la matière, sans effraction, et d'y lire une histoire! Merci...

Viviane Lamarlère a dit…

Merci Martine, je cherche désespérément des bols de facture identique, peut-être en trouverai-je un jour dans un vide grenier?

Viviane Lamarlère a dit…

Merci Lutine, ces bols signent une époque... Et donc notre jeunesse passée ;o)) Mille excuses de n'avoir pas trop de temps pour la toile, comme je le dis plus haut, entre le transfert de ce blog quasiment intégralement, les modifications de code pour chaque photo et chaque fichier son, les obligations familiales tous azimuths, je ne touche pas vraiment terre ni l'ordi!