mardi 5 février 2013

Détestable frelon d'Asie











Un ami scientifique - Directeur d'un laboratoire spécialisé en biologie des neurotransmetteurs à l'Université de Rennes - de passage chez nous il y a quelques jours nous expliquait avoir vu en Chine des régions entières dépeuplées de leurs abeilles et les agriculteurs conduits à polliniser leurs arbres à la main.
Cette disparition, constatée sur tout le globe,  a des causes multiples et dans lesquelles on retrouve fréquemment:

- L'usage de pesticides
- les tentatives de métissage d'espèces d'abeilles
- la mobilité excessive des apiculteurs et de leurs ruches
- certains produits phytosanitaires
- certains champignons
- les acariens

Détail ici

Il est un facteur aggravant depuis peu dans certaines régions de France : le frelon d'Asie.

Cette sale bestiole prospère au dépens des abeilles locales qu'elle dévore ou offre à  son propre couvain.
On ne sait trop d'ailleurs comment cet insecte classé catastrophe écologique est venu jusqu'à nous depuis ses lointaines montagnes d'Asie,  on suppose via  des containers en provenance de Chine vers le port de Bordeaux d'où la bestiole en question s'est répandu à très vive allure sur toute l'Aquitaine.

Il se trouve que notre jardin abrite un essaim...





Nous l'avons découvert il y a quelques jours au sommet d'un de nos acacias,  à quelques vingt mètres de hauteur - ce qui rend l'accès et la destruction difficiles sauf à posséder une voiture de pompier,  ces derniers ne se déplaçant plus pour détruire les nids.

Evidemment, on reste admiratif devant cette architecture de salive , de bois et de terre:


B

Ce nid doit faire dans les quarante centimètres de diamètre...
Admirable forme, aux ouvertures regardant vers le bas.
Il parait que l'intérieur est à plusieurs étages.
Urgence à détruire cette sale engeance dont nous avons vu un specimen
emporter comme le ferait un oiseau de proie
une malheureuse abeille qui grignotait dans l'écuelle d'un chat.

Son vol impressionnant, lourd ( car gêné par son colis vivant )
l'a conduit sur un premier arbre
nous ne savions pourquoi il ne prenait pas d'emblée la direction de son quartier
en fait, ce frelon qui s'attaque aussi aux papillons, profite de cet arrêt minute pour élaguer sa proie de ce qui pèse et gênera ses larves affamées.

Il est recommandé de porter une combinaison de six mm d'épaisseur avant de s'attaquer à ces essaims.
Ne reste plus qu'à trouver la dite combinaison. Le reste est prêt pour cette guerre étrange... qui ne fait que commencer.
Si vous trouvez un essaim, il est de la plus haute importance de le signaler en Mairie, une cartographie est en cours pour chaque région afin de mettre un terme à ce véritable fléau et sauver nos compagnes butineuses de toute éternité.








 

5 commentaires:

Anonyme a dit…

erci de tirer la sonnette d'alarme.Le plus tôt c'est le mieux.
J'aime cette piece de musique.
Commentaire n°1 posté par marlou le 21/08/2009 à 17h22
je pense qu'il est déjà bien tard. Les pièges ne fonctionnent pas, il faut vraiment surveiller les arbres et ensuite, détruire les insectes avec un produit puissant puis brûler le nid.

Merci Marlou de la visite
Réponse de Russalka le 23/08/2009 à 09h31
Impressionnant ce nid !
J'avais vu un reportage il y a quelques semaines sur la disparition des abeilles. Des poignées d'abeilles mortes. Cela interpelle ! Surtout quand on entend l'enchaînement des conséquences. La pollenisation justement... Je ne peux imaginer un monde sans fleurs !
Attention à vous quand vous éradiquerez ce nid.
Commentaire n°2 posté par Marianne le 21/08/2009 à 17h43
C'est tout le souci, car si les abeilles disparaissent, l'homme suivra très vite. Ce frelon n'est pas seul en cause, elles sont multiples et certaines assez peu cernables.
D'aucuns pensent que ce n'est pas un mal... Je crois qu'il est temps que chacun prenne conscience de ces fragiles équilibres qui sont en train de se défaire.
On sera prudents, on essaiera de filmer et mettre sur le blog

Bises Marianne.

Anonyme a dit…


Effrayant, cette invasion jusque dedans votre jardin ! Rimsky, à côté, est tout mignon avec son bourdon... Nous avons eu autrefois un nid de frelons à Condé, sous le toit de la maison. Le problème est qu'ils entraient sans cesse dansles chambres mansardées. Les pompiers ne pouvaient pas intervenir, sauf en les payant ; mais ils proposaient aussi de prêter les tenues nécessaires. En fait, je crois que nous avons payé pour que deux d'entre eux se chargent de la destruction du nid. Il y a une technique ! Cependant ce n'étaient pas des frelons asiatiques ! Et je ne crois pas qu'ils s'attaquaient aux abeilles ! C'est un véritable fléau. J'espère que vous allez vite trouver une solution pour vous en débarrasser. Le danger public qu'ils représentent devrait pousser les autorités à lancer les pompiers de nouveau à leurs trousses.
Commentaire n°3 posté par Valentine le 21/08/2009 à 22h47
Il y avait aussi chez nous, dans le grenier entre les vitres et les volets de minuscules fenêtres un essaim, mais d'abeilles. Et je ne te dis pas le goût du miel que mon grand-père assez courageux recueillait, surtout d'ailleurs les rayons qu'il me donnait à macher comme on mache aujourd'hui ces chewing gum bourrés de poison.
Il y a plusieurs techniques mais il est vrai qu'il vaut mieux être bien protégé par une combinaison.
Non, les pompiers ne viennent plus alors on fera sans...
Bisous et merci de ton témoignage Valentine
Réponse de Russalka le 23/08/2009 à 09h37

Anonyme a dit…


Merci de sensibiliser les lecteurs sur l'expansion en Europe de cette nouvelle espèce, le frelon asiatique, par le biais de cette article...
Une prise de conscience et une collaboration du public est utile afin d'éradiquer cet insecte ravageur...
Ce prédateur a un goût mortel pour notre butineuse et s'est bien acclimaté dans notre pays où il ne rencontre guère d'ennemi...
Les abeilles domestiques orientales auraient, quant à elles, une tactique ingénieuse : par encerclement du frelon et bruissement des ailes, elles provoqueraient une élevation de la température interne de l'insecte à 45° qui mourrait d'hyperthermie...(les abeilles supportent + de 50°)...mais c'est une méthode épuisante et nécessitant un nombre important d'ouvrières !

Dire que la prolifération de beaucoup d'espèces tel ce frelon asiatique est liée au jeu des importations et du tourisme...c'est inquiétant voire effrayant !!!
Commentaire n°4 posté par corinne le 22/08/2009 à 00h29
Nos abeilles sont démunies pour élaborer des stratégies pour se débarasser elles-mêmes de leur ennemi
et ce que tu nous offres comme témoignage de leur propre guerre chez cette espèce est très intéressant.
je crains qu'ici nos abeilles aient été décimées, au point que l'an dernier aucune prune dans mon jardin. Nous nous achèterons peut-être une ruche...
Merci Corinne du témoignage.
Réponse de Russalka le 23/08/2009 à 09h43

Anonyme a dit…


Voui, le frelon, c'est une sorte d'insecte-coucou, un pillard par nature, un parasite opportuniste du même genre que tous ceux qui pratiquent naturellement l'art de la razzia.

"métaph. et au fig. [À propos d'une pers. ou d'une chose personnifiée] Celui, celle qui vit en parasite aux dépens d'autrui, qui pille ses travaux, ou ce qui représente un danger quelconque. La haine attaque, guette, veille; Elle est le sinistre frelon... (Hugo, Chans. rues et bois, 1865, p. 299). Le producteur n'est pas un esclave, mais (...) quiconque n'est pas producteur est un frelon (Zola, Assommoir, 1877, p. 608). M. Brou, décidément, est une inutilité! Il est un frelon de la vie!... (Courteline, Conv. Alceste, M. Tringle, 1926, tabl. 1, p. 145) :

... Chenavard travaille comme un « frelon ». Il butine dans la grammaire ornementale de tous les pays et de toutes les époques des motifs qu'il entasse dans des compositions surchargées et confuses (...) Une pléiade de dessinateurs, élèves ou non de Chenavard (...) continuent à piller sans discrimination tous les documents qui leur tombent sous la main.
Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 155.

− Rare, emploi adj., au fém. Gilles Boileau, avocat et rimeur (...) était de ces beaux-esprits bourgeois et malins visans [sic] au beau monde à la suite de Boisrobert, race frelone éclose de la Fronde (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 6, 1851-62, p. 495)."



mais il est des frelons à deux pieds comme nous qui s'emparent souvent des maigres avoirs d'autrui et que l'on nomme agioteurs. Je m'en tais et ne veux leur causer nul ennui, ce ne sont pas là mes affaires, aurait dit notre ami commun Jean de La Fontaine.

Il en est d'autres aussi qui font aisément table rase de nos habitus & coutumes et imposent les leurs avec une impudence outrageante.

Tout ce qui est exogène ne s'impose que par la force et par l'audace que procure le sans-gêne institutionnalisé. Il en est de même pour le frelon asiatique ! Vespa ve lutina ? Non, il ne veut pas que cela il veut tout !

Message privé en accompagnement pour ne pas trop encombrer tes comment taire...
Commentaire n°5 posté par Merlin le 22/08/2009 à 11h09

Anonyme a dit…

Il était évident que ton commentaire serait un enrichissement à l'article.
D'abord ces références littéraires. Je ne connaissais pas figure-toi, l'acception de ce terme relativement à des personnes à la moralité douteuse. Comme quoi, nous devrions fréquenter davantage le dictionnaire. ou les dictionnaires, car l'évocation de Chenavard donne à penser à un dictionnaire spécialisé.
Il semblerait qu'il y ait eu une période historique et littéraire pour l'utilisation d ece mot, non?
Mais tu as raison, l'espèce ne s'est pas éteinte...

Hier je me suis faite gronder au téléphone par un type qui voulait me vendre des actions de je ne sais quoi pour améliorer monpouvoir d'achat, j'ai voulu couper court " Quoi, vous n'allez pas me dire que vous ne voulez pas améliorer votre pouvoir d'achat! c'est un monde ça!! " me suis-je entendu dire sur un ton plus que désagréable. Pas retenu le nom de la banque. Dommage, je lui aurais fait un petit coup d'antipub.

J'ai par ailleurs lu hier avec plaisir que le frelon particulièrement misérable et cependant dangereux qui s'est attaqué à AMD est sur le point d'etre mis devant ses mauvaises piqures? Quel plaisir quand on sait la capacité de nuisance de ce dangereux malade.
Quant à ceux qui troquent le maillot de bain contre des cagoules, ou demandent l'expertise du Coca pour qu'il soit conforme aux volontés de leur dogme, tu sais que j'en pense la meme chose que toi...

oui, cette Vespa
deux rouées en une seule
inutile et gourmande
mais nous aurons sa peau et celle de ses frères.

Tu ne m'encombres jamais ... Bisous
Réponse de Russalka le 23/08/2009 à 10h03