dimanche 24 février 2013

Hommage à Glenn Gould



Abritais-tu déjà le crépuscule
    il y a tant de lumière qui coule de tes doigts
       
    Ce que ton corps en morne
une sorte de peur
    qu' importe ta folie
            c'est la nôtre la mienne

Le buste qui s'incline à toucher le clavier
        un berceau de musique

le bras
gauche confie
    dense dans ses volutes
    un éblouissement à la touche scellé
vient effleurer l'espace et fleuretter le temps
         
notes rondes perlées
notes déprisonnées

Tes mains
l'intelligence


Vidéo de Glenn Gould

Quarante sept minutes de bonheur
dans l'intégrale des Variations Golberg
 



2 commentaires:

Valentine a dit…

Quel bel hommage ! Tu l'as observé et rends ses mouvements avec une finesse... Juste quelques petites touches , "au pinceau" ; et la fin est superbe, dans sa concision.

flipperine a dit…

un joli hommage pour la musique qui est un bel art