dimanche 17 février 2013

Liszt, Années de pélerinage, au Lac de Wellenstadt






Les Années de pélerinage de Frantz Liszt ne comptent pas parmi les oeuvres pour piano les plus "grand public ", éclipsées qu'elles sont par les Rêves d'amour, Méphisto-Valse, Rhapsodies et autres pièces brillantissimes.

Elles sont pourtant toutes d'une rare pofondeur, très imagées, très évocatrices et très prémonitoires aussi des styles qui suivront. Liszt fut un grand novateur du piano et bien de ce que nous entendrons ensuite chez Debussy, Lalo, Ravel... se trouve déjà en germe ici.

En cette occasion de deux-centième anniversaire de la naissance de Frantz Liszt, une  envie de vous offrir l'une d'elles, extraite du pélerinage en Suisse.



Au lac de Wallenstadt




Liszt fut un extraordinaire interprète de Bach qui était, comme pour Chopin ou Beethoven, son pain quotidien. Il en a transcrit entre autres le merveilleux Prélude et fugue en la mineur BWV 543 magistralement joué ici par Hélène Grimaud:




Mais pourquoi ne pas nous faire plaisir avec la délicieuse Ronde des lutins que nous offrit l'irremplaçable Georgy Gziffra?




Et puis pour terminer trois must incontournables:


Rêve d'amour n° 3,
par Daniel Baremboïm






Un Sospiro




Jeux d'eaux à la villa d'Este
par André Watts





2 commentaires:

Valentine a dit…

J'adore Au Lac de Wallenstadt, comme j'adore les années de Pèlerinage - comme j'adore Liszt ; et justement, oui, tu as dû faire une faute de frappe dans le titre ; alors que logiquement, pour un lac, on attend "Wellen" qui veut dire "vagues" !
Bises !

Viviane Lamarlère a dit…

Tu connais mieux la langue allemande que moi( qui n'y connais rien ) donc je rectifierai, mille merci de l'écoute tous azimuths!