lundi 4 février 2013

Musique, Peinture, Poésie, Penser * 44 * Bach, 9, le clavier bien tempéré, intégrale par S. Richter



Prélude et Fugue n° I en Ut majeur

tonalité de la joie, de la pureté,
des commencements naïfs qui vont au terme de leur démarche.


http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-01_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_1_In_C_BWV_846_61.mp3


Prélude et Fugue n° II en Ut mineurtonalité de la plainte, du désespoir.
http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-02_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_2_In_C_Minor_BWV_847.mp3


Prélude et Fugue n° VI en Ré mineurLa tonalité de la tranquillité de l'âme, de la fluidité de l'existence, de la confiance...
http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-06_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_6_In_D_Minor_BWV_851.mp3


Prélude et Fugue n° VII en Mi bémol majeurTonalité de la conversation avec Dieu que symbolisent ses trois altérations.


http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-07_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_7_In_E_Flat_BWV_852.mp3


Prélude et Fugue n° VIII en Mi bémol mineurTonalité de l'inquiétude questionnante de l'âme.
http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-08_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_8_In_E_Flat_Minor_BWV_853.mp3


Prélude et Fugue n° IX en Mi majeurTonalité de la nature, de la vitalité et des scènes bucoliques


http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-09_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_9_In_E_BWV_854.mp3



Prélude et Fugue n° X en Mi mineurTonalité du trouble de la pensée,
de l'inquiétude recherchant en vain quelque soulagement.

http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-10_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_10_In_E_Minor_BWV_855.mp3


Prélude et Fugue n° XI en Fa majeur
Tonalité des tempêtes, de la colère, de la fureur.



http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-11_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_11_In_F_BWV_856.mp3

Prélude et Fugue n° XII en Fa mineurTonalité de la douleur intime, de la mélancolie et de la langueur.

http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-12_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_12_In_F_Minor_BWV_857.mp3
 


Prélude et Fugue n° XIII en Fa dièse majeurTonalité de la respiration libre, légèreté, communion avec la nature,

http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-13_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_13_In_F_Sharp_BWV_858.mp3


Prélude et Fugue n° XIV en Fa dièse mineur
Tonalité de l'obscurité qui tiraille la passion
comme le chien hargneux tire la draperie.



http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-14_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_14_In_F_Sharp_Minor_BWV_859.mp3


Prélude et Fugue n° XV en Sol majeur
Tonalité de la gaieté, du brio, de l'aisance heureuse.


http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2-01_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_15_In_G_BWV_860_1.mp3


Prélude et Fugue n° XVI en Sol mineur
Tonalité de la tendresse, du sérieux, de la grâce,
http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2-02_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_16_In_G_Minor_BWV_861.mp3


Prélude et Fugue n° XVII en La bémol majeurTonalité de la gaieté, du calme,  de la sérénité grandiose
http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2-03_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_17_In_A_Flat_BWV_862.mp3


Prélude et Fugue n° XVIII en Sol dièse mineur
Tonalité de l'oppression, de la morosité, de la mort.



http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2-04_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_18_In_G_Sharp_Minor_BWV_863.mp3



Prélude et Fugue n° XIX en La majeur
Tonalité de la confiance et de la joie champêtre.


http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2-05_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_19_In_A_BWV_864.mp3



Prélude et fugue n° XXI en Si bémol majeur
Tonalité de la joie magnifique, du divertissement, de l'espérance en un monde meilleur

http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2-07_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_21_In_B_Flat_BWV_866.mp3


Prélude et Fugue n° XXII en Si bémol mineur
Tonalité des veillées mortuaires, de la passion du Christ,
de la tristesse irremédiable face à la mort
.



http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/2-08_Bach__Well-Tempered_Clavier_Book_1_-_Prelude__Fugue_22_In_B_Flat_Minor_BWV_867_1.mp3



Prélude et Fugue n° XXIII en Si majeur

 




3 commentaires:

Viviane Lamarlère a dit…



Merci de ce superbe cadeau. J'adore Sviatoslav Richter et il est ici parfait.

D'où tiens-tu tes commentaires sur les tonalités ? J'avais entendu dire que ré majeur était martial, fa majeur bucolique et sol majeur souriant. Là tu sembles appliquer à la tonalité l'esprit de l'oeuvre elle-même... En fait c'est au sujet de fa majeur que je suis le plus en désaccord avec toi (en général) ; et quant à ut dièze tu n'en parles pas ; le problème est qu'on le rencontre surtout sous forme de ré bémol, dans des pièces comme les nocturnes de Fauré (ou de Chopin ?), et qu'alors il traduit la profonde méditation au sein de l'obscurité ; ce qui n'est guère le cas de cet ut dièze échevelé !

Il est évident que, malgré l'enharmonie, les tonalités de dièzes sonnent beaucoup plus vivaces que les tonalités de bémols, "sombres" et pleines de résonances.
Commentaire n°1 posté par Valentine le 22/09/2010 à 14h57

Certaines tonalités étaient tellement inusitées au temps de Bach( celles que tu mentionnes entre autres) que les manuels relatifs au sens psychologique des tonalités ne les mentionnaient même pas, d'où mon omission. Tu as pu voir que ce parcours d'ailleurs dépendait de ceux qui analysaient les tonalités, fort différent selon l'origine géographique, l'époque etc. je m'en suis en général tenue à Mattheson que Bach connaissait bien et avec qui il partageait ces savoirs .
Pour ce qui est des lectures ultérieures du sens des tonalités et de leur couleur, je me souviens avoir entendu parler d'un opuscule de Schumann mais ne retrouve plus.. Je chercherai;
Réponse de Russalka le 24/09/2010 à 08h04

Viviane Lamarlère a dit…


Merci beaucoup pour ces cadeaux qui égaient notre soirée. Et quels meilleurs cadeaux que ceux nous fait J.SS Bach des siècles après sa mort. C'est aussi l'occasion de discussion sur nos gouts et nos avis sur telle ou telle interprétation. Que du bonheur...
Commentaire n°2 posté par François le 22/09/2010 à 21h26

Merci à vous François et si cela permet le partage et l'échange, le cadeau est en vérité... pour moi (sourire)
Réponse de Russalka le 24/09/2010 à 08h25

Quel bonheur! Je vais dormir tard le soir. Car il faut écouter ici. Et lire en même temps. J'ai les CD de Glenn Gould, que j'écoute souvent. Que penses tu de Gould ?
J'écoute simplement, et ne me pose pas tant de questions. C'est très animal, n'est ce pas ? Bon je vais revenir écouter.
Commentaire n°3 posté par Binh An le 23/09/2010 à 23h57

J'aime beaucoup Gould parmi tous ceux qui ont essayé, chacun avec sa personnalité, de donner à entendre la langue de Bach. Mais autant pour moi Gould est incontournable dans les variations Goldberg, autant ici il ne me touche pas. Il a tendance, dans son souci de transcrire au piano les attaques du clavecin à rajouter des indications d'attaques ( comme le staccato ou détaché qui est constant chez lui et qui m'agace ) qui n'ont jamais été prévues par le compositeur. Ma préférence va à Richter pour la qualité émotionnelle de son jeu.
Réponse de Russalka le 24/09/2010 à 08h44

Viviane Lamarlère a dit…



Je suis heureux de te lire. Personnellemnt, je trouve que Gould dans ce clavier est un peu maniéré mais je n'ose pas trop le dire. Oui, dans Goldberg, c'est parfait.
Commentaire n°4 posté par Binh An le 24/09/2010 à 23h15

Il est important d'oser dire, Gould n'est pas une statue indéboulonnable, comme Richter ne l'est pas non plus dans certaines interprétations. J'adore Brendel dans Schubert, je le déteste dans Beethoven, j'adore Yves Nat dans Brahms et Beethoven, je le déteste dans schubert , j'adore Grimaud dans... tout ce qu'elle touche jusqu'à présent . Oui, Gould est très maniéré dans ce clavier bien tempéré alors qu'il est si proche de l'oeuvre sur les Goldberg...
Réponse de Russalka le 25/09/2010 à 10h11