samedi 23 février 2013

Portillon blanc




Il brume il vente un peu
l'ancien portillon blanc que nos petits oublis ont laissé décrépir
essaie de dessiner son ouverture au sol
comme une ballerine allonge des pas de basque
un lierre rampant rétrécit son compas
la tristesse balance avec des petits clacs au sapin près
d’écorcher la ramure
Les restes d’une pluie plantés sous l’éclairage

attendent alcooliques
la bouteille qui nage
Il fait un commençant qui ne palpite pas
mais les jours de grand vent
quand le vent semble avoir été créé pour soi
l'ancien portillon blanc
que nos petits oublis ont laissé décrépir
j’entends son cœur de bois
battre l'exploit systole
des lattes détachées


1 commentaire:

flipperine a dit…

et là le pauvre portillon blanc va bien souffrir chez nous il fait un vent glacial