vendredi 8 février 2013

Soleil rasant


 
A ma mère...







  gauguin-femme-eventail.jpg
Tes fenêtres sont embuées de lune
au jardin
le jour
n'a de nom que remué.



Le ventpourquoi te faisait-il penser aux bouleaux blancs
dont les rangs se tenaient
sages au bout
du pré?
Tu aimais l’
heure des plis
    quand la terre se ridait sous le soleil rasant
            tu lisais les voleurs à sable débusqué
leur soif ouverte en noir autour de ce qui brille
    de l'autre côté des grilles.


Toi aussi alors tu as été pirate
    quand le ciel était là
                avec un grand soleil tendu au bout du bras ?

Toi aussi tu savais
       
l'effort fait pour passer sans toucher sans désir
    auprès de la beauté

les refuges obscurs où l'on se croit en paix
l'âme
            déjà
vendue aux justices de l’aube ?


Au fond de nous
se lèvent

toutes ces choses tues...




gauguin-femme-eventail.jpg



 

 

Aucun commentaire: