lundi 4 février 2013

Voyage au bout de mon jardin * 6 *



photos-jardin-0570-copie-1.JPG


Doit-on passer son temps à expier ce qui fut ou faillit ?  Troubler de réminiscences usées la paix tranquille d' un lieu que rien ne questionne ?
Mon jardin m'enseigne le silence. L'oubli de ce qui pèse. Le travail sans orgueil dont aucune monnaie  autre que de chlorophylle n'altèrera l'intention.

S'asseoir et regarder pousser ce qui fut conquis  de haute lutte, chaque jour en toutes saisons, contre les herbes tenaces, envahissantes et indésirables.
Nous n'avons guère besoin de davantage, en vérité, et j'ai conscience de ce privilège.
Pour des milliers de personnes en ce monde, ce printemps n'aura pas lieu.

Ah, si les citadins savaient le bonheur de se rendre d'un coin de terre encore en friche -sur lequel les heures vont couler avec pour seule trace une saine fatigue- à un autre déjà apprivoisé... Le bonheur de se  laisser porter par ce que suggère  l'instant sous les pas. Tous quitteraient leur ville !!
encore en friche


Le 12 mai 2010: je m'attaquais à ce mélange de ronciers, cigues et phytolaques qui rongent le talus... Les débris accumulés en contrebas me donnent idée d'un petit sentier qui longera la pente en en suivant le dessin naturel. Je vais le désherber patiemment et surtout... l'emprunter, ce qui en tassera la terre et affinera le dessin:


photos-jardin-0570-copie-1.JPG


photos-jardin-0595-copie-1.JPG

1er mars 2011: Le chemin est bordé de galets blancs ramassés patiemment à mes pieds au fur et à mesure que  j'avançais dans le désherbage.
Les Hellébores terminent de s'acclimater et ont toutes fleuri!


photos-jardin 0097
photos-jardin 0130


 8 mars 2011: les narcisses botaniques dont j'ai planté ici et là des touffes dans l'herbe s'épanouissent au soleil:


photos-jardin-0836.JPG

Ils sont sur le talus d'ombre en pleine floraison. Les couvre-sols qui entourent chaque pied des plantes choisies pour se succéder de Noël au Noël suivant ont survécu à l'ombre et à l'hiver. Lierre panaché, Lamier White Nancy, Céraiste tomenteuse, arabette du Caucase, aspérule odorante et j'en passe!
Un joyeux désordre dont je veille à ce qu'aucune plante n'y soit tentée d'éliminer ses voisines.
Ici le 5 mars dernier:




photos-jardin-0848-copie-1.JPG


Aujourd'hui sous la bruine :
:

T
photos-jardin-0201.jpg



Nous verrons bien. En attendant, mes chats adorent ce petit chemin




photos-jardin-0839.JPG

Et puis les tulipes botaniques ont surgi de terre et m'offrent leur robe étonnante et modeste dont j'espère l'an prochain  voir se répandre les couleurs  sur un peu plus d'espace:

photos-jardin 0160




photos-jardin 0165



DSCN3693





photos-jardin 0163

photos-jardin 0162

photos-jardin-0200.jpg

photos-jardin 0164
photos-jardin-0199.jpg

L'ornithogale et la céraiste chantent un joli duo sous le pommier de l'Himalaya:





photos-jardin-0179.jpg

Mais quelle est cette nouvelle fleur ???


chatte-sur-arbuste.jpg

La Fleurie, de François Couperin. Au clavecin Violaine Cochard:

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Couperin/1-18_Ordres_Pour_Clavecin_1er_Ordre__XVII_La_Fleurie_ou_la_Tendre_Nanette_-_Gracieusement.mp3&



1 commentaire:

Viviane Lamarlère a dit…



Quel magnifique travail !! Une réussite, que ces petits chemins bordés de cailloux (j'imagine l'effort quotidien et prolongé), et toutes ces jolies fleurs qui s'épanouissent un peu partout... La preuve, le plaisir qu'y trouvent les chats ; et tu les as saisis en flagrant délit !
Commentaire n°3 posté par Valentine le 17/03/2011 à 22h40

Oui, un travail assez considérable, je ne le cache pas, entre cinq et six heures chaque jour en toutes saison. Et par tous temps. Cr vient la période la plus calme finalement, celle du fleurissement. Mais dès juillet, je consacre un temps fou à ratisser les glands des chênes qui tombent sur mon talus, ensuite ce sont les chataignes, ensuite les feuilles jusqu'à maintenant quasiment... Et qui dit ratisser dit déplacer les cailloux et les remettre ;o)) Et puis ensuite les mauvaises herbes qui tentent une percée. Mais cette année les couvre sols vont prendre de l'ampleur et je vois bien que celles qui se sont bien étalées l'an dernier ne laissent passer AUCUNE mauvaise herbe. Par contre à travers elles, ancolies et anémones se fraient un chemin, donc...Continuons!!
Réponse de Russalka le 18/03/2011 à 15h06

La poésie c'est aussi le regard, pas forcément ce que tu transmets mais surtout ce que tu reçois, toi maître des mots, maître de ta propre terre au travers de tes yeux et toutes les émotions qui vibrent en toi. La racine c'est toi, la fleur aussi, tout démarre de toi.
Commentaire n°4 posté par lutin le 17/03/2011 à 23h30

C'est gentil comme tout ce que tu dis là, Lutin. Cela me rappelle mon petit-fils il y a peu. Il venait d'arriver chez nous et je lui fais le tour de la maison. Puis lui dis : " je vais te montrer mes bébés fleurs " Il m'attrape par le cou et me dit en riant " alors tu es une maman fleur!!! " C'était trop mignon...
Réponse de Russalka le 18/03/2011 à 15h15

Très joli jardin et tes chats sont vraiment heureux mais quel travail
Commentaire n°5 posté par aimela le 18/03/2011 à 10h26

Sacré travail oui, mais j'adore ça!! même si en ce moment les pollens commencent leur propre boulot et chatouillent, gratouillent, m'éternuent ;o)
Ah quand on veut quelque chose, si on ne s'en donne pas les moyens partant de soi...

Bisous Aimela...
Réponse de Russalka le 18/03/2011 à 15h20