mardi 5 mars 2013

Bleu d'eau live



S’extirper ou mourir
ce qu'il faut de patience à une goutte d'air
pour échapper au meurtre
à l'envie de dissoudre arrondir niveler qui possède toute eau

de l’autre côté du verre quelques sillons très fins
des empreintes de doigts
deux mondes  séparés par de la
transparence
parfois sur les falaises
on croit avoir trouvé l’encoche
où afflanquer l’espoir et puis c'est
la glissade

Les jeux aussi finissent par mourir
qui laissent sous les ongles un goût d’infanticide

L’air
n’est pas bleu d’olive
mais léger à pleurer
je n’ai jamais vu clair
dans
ces deux insolubles
que sont le vent mes larmes

j'accepte de vivre



 

2 commentaires:

lutine a dit…

belle description de la différence entre le dedans et le dehors quand il n'y a qu'une transparence qui les sépare

flipperine a dit…

on est bien obligé d'accepter de vivre mais il faut savoir vivre dans le positif et le présent