dimanche 17 mars 2013

Chagrins de paille









Tu ne sais plus pleurer
    ces chagrins de
paille où l’enfant se berce
        étonné de ses larmes et presque joyeux
    du pauvre caillou qui a défait le cercle
         

Tu ne sais plus pleurer
        en aimant la beauté de tes gouttes

tandis que le vent couche
            sur tes joues qu’un rien tremble
    une langue de sel

Surtout
        marée du pauvre
            ces mains sur tes cheveux
comme une eau sale et sombre
et toi pensant
rageuse

la plante seule console la feuille dans la feuille

Tu ne sais plus pleurer
mais
as-tu jamais osé ?





6 commentaires:

AlainX a dit…

Je découvre votre blog...
un bel endroit !
merci....

Martine Maillard a dit…

Une fin si surprenante, comme souvent...

Laurent a dit…

Le texte est-t' il de toi ? si c' est le cas la mélancolie de tes mots sera t' elle atténuée par l' arrivée du printemps, les beaux jours arrives avec le soleil et je l' espère pour toi les sentiments meilleurs,
bonne journée !

Laurent a dit…

" arriveNT " la bourde !

Miche a dit…

Tes mots savent toujours retrouver le chemin qui mène à toi.
Ils savent cela, parce qu'ils sont beaux !
Amitié Viviane

Laetitia et Charly a dit…

La fin de ce poème me parle..
Merci
Laetitia