dimanche 10 mars 2013

Chargée de librement







Comme on joue il faudrait
se déprendre de soi
   avec au creux du ventre
        un cri en peinture de pierre
 et dans la gorge
     remontant
        une barque de ciel
   chargée de librement
              aux clairs battements d'ailes















1 commentaire:

Martine Maillard a dit…

Un véritable art de vivre !! Bravo...