vendredi 1 mars 2013

Contes oubliés






La simplicité volontaire, c'est aussi la transmission de génération
à génération, par le bouche à oreille, des savoirs les plus simples et utiles à la vie, savoirs-faire, recettes éprouvées et respectueuses de la Naturedont nous pourrions bien un jour avoir grand besoin...



200760580.jpg

Chamane
te souviens-tu chamane
du temps où les enfants savaient
le renvier des forêts
par-dessus les montagnes ?

A leur battement d’aile, aux courbes et aux chutes,
ils connaissaient le nom des oiseaux qui passaient,
à l'empreinte  gravée dans la bute,
au griffes dans les troncs, aux sentes effacées
frôlaient l'ours et le miel.

Parce que taire
meurt
qui n'est pas temps mourir
juste avant de partir prononcer l’autre rive
les vieilles gens offraient pour l'hiver à venir
leurs secrets en murmures de lierre.

La mémoire était vive des plantes qui apaisent
brûlent sang mangent fièvre

On ne sait plus ces choses-là.

On n'ose plus aller au rendez-vous qui fonde
au gai labour des doigts l'exhubérante graine
dont mes aïeux jadis contaient chaque seconde
en croyant que des heures et regardant le ciel.

Qui de nous survivrait
en n' appuyant sa vie aux potagers sauvages,

à l'ovale des feuilles, à fervente racine ?

En nos jardins, penchés,
d'ignorance mâchés
nous ne chérissons plus ce monde  qui nous devine
quand il y a tant à lire à la veine du bois...








3 commentaires:

ulysse a dit…

Non hélas on ne sait plus ces choses là....

flipperine a dit…

hélas on ne connaît plus tout cela
mais peut être cela va-t-il revenir car on voit de plus en plus de marcheurs

Valentine a dit…

Comme tu as le sens de la terre et comme tu sais en parler...