lundi 4 mars 2013

Couchant



733159689.jpg
La nuit descend
 plus tôt que d’habitude,
quelques restes d’azur effiloché s'amusent,
les vignes ont déjà bu
la chaleur du couchant

Saurai-je à qui je dois de contempler les rudes
bastides endormies sous les ombres camuses?
Ces tiges de lumière  en éventail brégées...
Qui les aura cueillies et dans mes yeux posées  ?

Vient l'heure de la buse...
Tous les buissons se terrent
pelages affolés en muettes prières

Dans un parfum d’eau froide aux arbres suspendue
demain l’herbier du jour ouvrira page nue.

Cris de la Buse variable


2 commentaires:

flipperine a dit…

et que c'est beau le jour qui se couche de belles couleurs

Valentine a dit…

Un feu d'artifice de beauté, entre ton texte superbe dans ses mots comme dans ses rythmes, et ce rougeoiement que tu nous offres, sur l'image comme sur le texte... Entre "les restes d'azur effiloché", les vignes qui "ont déjà bu la chaleur du couchant", les "ombres camuses", et les buissons qui "se terrent (...) en muettes prières"... tout est magnifique.
Il ne manque que les cris de la buse variable, car le lien est défectueux. Belle fin de soirée !