mercredi 13 mars 2013

Des ronds de rien








Il faudra donc marcher ce chemin qui jamais ne pause

jusqu'à son propre étouffement

       Est-il un lieu
même lointain

        qui me rêve eau joyeuse et me lance une pierre?
       Être l'eau sans pensées
                  qui fait des ronds de rien
                         puis s'endort et s'apaise







1 commentaire:

Martine Maillard a dit…

De la poésie vivante, palpitante, de la vraie poésie... Merci, Viviane.