samedi 9 mars 2013

Le dire du latéral





Je lève mon verre
pêle-mêle
aux chemins que l'on ne choisit pas
mais qui s'amusent à vous faire tomber

aux colères inutiles
dont la poussière
témoigne si peu de leur ferveur d'antan


aux sentiments
ces impalpables qui font de la moindre gorge
un conduit encombré ou bien mal boutonné
aux chiens
qu'engraisse leur seule attente d'un vrai maître


aux dires du latéral

ruines pleines de conversation pour ma pauvre mémoire

toute affairée à reconstruire de la vie
avec ce qui est mort



1 commentaire:

Valentine a dit…

Un poème qui me rappelle quelque chose ; un jour où j'ai dû t'interroger pour comprendre combien tu avais des difficultés à marcher parfois. Mais alors, quel humour, ce "je lève mon verre..." ! Un poème courageux, qui défie l'adversité dans un sourire !