lundi 11 mars 2013

Les pluies qui bêchent




La terre est devenue rêche

     je n'y sens plus l'espoir des mois passés
Publier 
lorsque se préparaient au loin les pluies qui bêchent
          je n'entends plus que la mélodie
  des petites choses blessées.

Derrière chez nous

       un chemin simple s'adosse aux herbes des maisons
  qui poussent toutes droites
et drues contre les grilles


Je le guidais souvent en arrachant certaines de ses mauvaises graines

    heureuses de me défier elles repoussaient plus haut

Parfois l'ombre d'un peu de peur

   m'y offrait un abri
        et lorsque je cueillais les blanches pierres
  pour les poser le long de mon sentier fleuri
leur grain râpeux disait:


"Qui es-tu pour prétendre

   quand la lenteur des fleurs déchire ma lenteur? "

Ces mots me tissaient.


Aujourd'hui la lumière, le silence, l'herbe jaunie et rase 

effleurent mes souvenirs
et rien ne se déchire
et rien ne se prétend...


                        Laissons l'hiver venir.




Nigels Kennedy interprète le troisième mouvement de l'Été de Vivaldi


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Vivaldi/09_The_Four_Seasons_Concerto_No_2_in_G_Minor_LEstate_Summer_RV_315_Op_8_No_2__III_Presto.mp3&



Puis le deuxième mouvement de l'Hiver de Vivaldi



dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Vivaldi/14_The_Four_Seasons_Concerto_No_4_in_F_Minor_LInverno_Winter_RV_297_Op_8_No_4__II_Largo.mp3&




3 commentaires:

flipperine a dit…

ah non plus d'hiver

Martine Maillard a dit…

Ton beau jardin...
[Hors commentaire, je vois que les dewplayer sont loupés ; et d'autre part il y a un mot "publier" qui apparaît avant ton 3e vers - tiens ! il renvoie à l'ouverture d'over-blog. Petits bugs à corriger]

Miche a dit…

Loll, si beau tissage de tes mots... paysages, visages...