dimanche 3 mars 2013

Merveilleuse Bretagne * 4 * Vers la pointe du Grouin





bretagne-1



Après la foule de Saint-Malo, à nous les plages à perte de vue sur lesquelles galopent des chevaux ! Une brume légère voile le ciel bleu, à peine dérangée par le pépiement de centaines de bateaux à voiles:


IMGP0651-copie-1.jpg


Comme il doit être grisant ce sentiment de liberté sur le sable! Et chaque fois nous nous féicitons d'avoir choisi ces plages plutôt que celles où la foule s'entasse, dans le sud. Ici nous regardons passer le temps  tranquille, venteux, silencieux et coloré de nuances aussi douces que les courbes du paysage:


IMGP0635.jpg



A Saint-Malo on nous a parlé avec ferveur de la Guimorais. Cette petite anse reproduit quasiment à l'identique celle qui abrite le vieux port que nous venons de quitter. Nous nous y rendons sous un soleil déclinant, émerveillés des parfums de fleurs acidulées qui montent de la mer, comme les ficoïdes, la criste marine ou ce pourpier généreux qui tapisse certains creux de roches:



pourpier-de-mer.JPG


Heureux ceux qui vivent sur cette île en chapeau:


IMGP0567.jpg



IMGP0558.jpg

C'est à regret que nous quittons les plages où traîne un chien un peu fou qui nous aurait volontiers adopté sans faire de manières...
Nous attendent la pointe du Grouin et l'Île des Landes.



IMGP0574-copie-1.jpg


Comme une pépite dorée posée sur l'eau, ce petit archipel offre au regard le spectacle grandiose de ses trates de couleurs très contrastées dues à la présence d'algues variées. Des centaines d'oiseaux y atterrissent et en décollent sans discontinuer dans un beau concert de cris qui recouvrent le bruit des vagues choquant la pierre.

Il parait que l'on voulut au XVIII ème siècle y construire un fort défensif. Mais devant la dangerosité du lieu, les hommes y renoncèrent et abandonnèrent l'endroit à leurs amis ailés. A l'horizon, la côte Normande:



IMGP0572-copie-1.jpg


Le jour qui tombe nous permet enfin de deviner  ( à une trentaine de kilomètres à vol d'oiseau)  le Mont Saint-Michel dans toute sa majesté. Assis au bord de l'eau, devant un délicieux plateau de fruits de mer et le visage battu par un vent très violent qui, nous dit-on, souffle du matin au soir et décharne cette côte déjà bien sauvage,  nous savourons la magie de ces derniers instants de lumière pendant que doucement s'incendient de lampes la ville de Granville et ses voisines plus petites:



IMGP0581-copie-1.jpg

La nuit enfin, profonde et bleu cobalt. Et ce feu minuscule comme scellé dans la pierre de l'abbaye.

Demain nous attendent d'autres gisants que ceux qui s'enfoncent maintenant dans l'eau et dans l'ombre. Et ils sauront pour certains chanter comme ils le firent depuis que le monde est monde...


IMGP0582.jpg


Feu ( ou foi  ou fidélité ?) au Mont Saint Michel,
extrait de l'album Cantigas de Inglaterra
par Eduardo Paniagua



dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2_Musique_moyen_age/musique_ancienne_celtique/02_39_Fuego_en_Mont_Saint-Michel.mp3&





1 commentaire:

flipperine a dit…

que de belles couleurs