jeudi 7 mars 2013

Paquerettes




Il fait beau
     les pâquerettes m'ont ouvert la poitrine

  et je vais
 
 contemplant mes semailles
quand 
pétales de peinture jaunie où se mêlent l'ardeur du vivre

    et le désespoir de n'être qu'un vert-nie
          je vois la boite aux lettres qui s'écaille

Enveloppes débordant
      géométrie dentue, audacieuse rose

            sous un grand vent de bure
         se froissent les dinosaures de papier
  q
uestions infantes,  mots de l'amour, de l'espérance.

Je secoue ma paresse et prends dans l'appentis le dernier pot de laque verte.

     Il faut à ces missives, que je lirai tantôt,
    un écrin à hauteur de ces voix
venues mourir en moi leurs feux jouissants ou sombres 


Aucun commentaire: