jeudi 14 mars 2013

Toute idée qui se lève





Les temps ne sont pas encore aux paysages qui coulent de source

et la simplicité peine à venir au monde


Des cigales nous demandent d'être encore plus fourmis
elles s'y prennent mal
ou manquent de vocabulaire
la pauvreté ne peut être que volontaire et conviviale
dans le cas contraire elle se nomme esclavage

Ces lois qui accordent davantage de place aux taux de l'argent
et reserrent leur étau sur les gens
comment s'en défaire une bonne fois?

Il suffirait de renverser les images
nous faire miroiter un monde où le froid serait chaud
l'ascèse une richesse
et le partage un gain
il suffirait de nous dire que nous appauvrissant nous nous élargirions

En attendant
l
a pensée se tasse
elle espère un geste secourable

un manteau de lumière venu d'autres regards


Toute idée qui se lève aura faim aujourd'hui

1 commentaire:

Martine Maillard a dit…

Triste regard sur le monde contemporain à ce qu'il me semble...