vendredi 8 mars 2013

Troupeaux





Les troupeaux
s’accalurent
aux pentes déverdies
de rares troncs nerveux accrochent le sillage de leur ombre bleutée
sur l'alpage
le soleil engourdi
là haut
très haut

C’est surprenant

les nuages ont compris la chaleur
eux aussi sont en cercle au-dessus du troupeau
peut-être est-ce la sueur des bêtes qui remonte
et leur fait un chapeau ?










1 commentaire:

Valentine a dit…

Génial ! Entre le verbe "s'accalure" que l'on cherche en vain dans le dictionnaire, les prairies qui se "déverdissent", et ce chapeau de buée que forme le nuage au-dessus du troupeau, que de trouvailles !!