dimanche 3 mars 2013

Voyage au bout de mon jardin * 18 *



iris-de-jardin-bleu.jpg




Ils m'offrent ce matin leur robe si élégante, d'un bleu à la fois profond et clair.  Il m'a fallu du temps pour apprécier les iris de jardin. Le fait qu'ils se plaisent dans ma terre rocailleuse n'y est pas pour peu!

Du coup je me suis mise à aimer les iris de Hollande, leur forme plus tourmentée, leurs fleurs plus discrètes et complexes pourtant:

iris-de-Hollande.jpg


Il fait aujourd'hui une chaleur étouffante, quelque chose comme 30°. Je crains pour mes dernières tulipes:

tulipes-a-fleurs-de-pivoine.jpg

C'est derrière la maison que les plus jolies surprises ont attendu notre retour de voyage. Rhododendrons et azalées du Japon se sont mis en robe de printemps, éclatants même dans la blancheur. Ils sont encore petits, mais je les sens pleins de force!
Ici un rhododendron aux fleurs dont les boutons rosés s'épanouissent en blanc. Il ne mesure que 50 cm de haut et s'épanouira de 1, 50 m en toutes directions et en quelques dix ans... Patience, me dit il:

rhodo-blanc.jpg


Les azalées du Japon semblent émerveillées de leur prodigalité.  Plus petites, elles appartiennent à la famille du rhododendron. Celles que j'ai plantées ont toutes un feuillage persistant qui aidera à supporter l'hiver. Elles ne dépasseront pas les 90 cm en tous sens dans deux ou trois ans et je n'ai pas l'impression qu'il me faudra les tailler en boules comme au Japon: elles savent très bien se dessiner seules cette forme achevée:

azalée blanche

L'extraordinaire azalée Ho Oden



azalee-rose.jpg


Le long de mon talus, le bugle pourpre a allumé ses hampes aux couleurs de la gentiane. C'est un couvre-sol extraordinaire pour l'ombre où il s'étend lentement mais sûrement sans jamais étouffer les autres plantes. Son feuillage persistant est d'un beau vert bouteille léché de pourpre au printemps et en été et devient presque noir en hiver sans rien perdre de son  gaufrage métallisé. Et puis les abeilles l'adorent!



bugle-pourpre.jpg


Non loin de lui, les premières ancolies dressent leur chapeau pimpant et étonnant. Elles se plaisent partout, même au soleil à condition de bien les arroser. Je leur ai choisi une place à mi ombre où elles se resèment sans faire de chichis:


ancolie-double-rose.jpg

Il y a deux ans aujourd'hui même, jour pour jour, naissait ce projet de jardin.

Souvenez-vous de ce chantier de grisaille et de mauvaises herbes:

photos-jardin-0569.JPG

Voici le même endroit aujourd'hui, après quelques milliers d'heures de travail quotidien. Et contemplant mes azalées, je me dis que quelques unes sur cette rocaille seraient du plus bel effet:

rocaille-2.jpg



rocaille


Même les oeillets de Chine ont survécu au très rigoureuses températures de l'hiver. Que demander de plus? Je suis ici comme une reine, ma vie est si belle, si simple et j'en ai conscience de plus en plus présente alors que la crise  s'étend en nappe d'huile et balaie bien des existences...
oeillets-de-chine-2.jpg
ET
Pour accompagner cette promenade, une Ronde champêtre de Chabrier:







1 commentaire:

flipperine a dit…

et des fleurs bien imposantes