dimanche 3 mars 2013

Voyage au bout de mon jardin * 20 *








rose-tremiere--gaura-rose-et-blanc--rosier-polyanta-.jpg


Le ciel est entre gris et soif
mais sur ma terre caillouteuse
les plates bandes se parent de rose et blanc.

Blanc de l'alysse et des gauras
rose des oeillets de poète, des rosiers polyantas, de la rose trémière.

Il est si difficile d'imaginer pour chaque saison une succession de fleurs s'accommodant des couleurs de leurs voisines, de leurs formes, se mettant mutuellement en valeur. Et qui acceptent les conditions d'ensoleillement, de pauvreté, de manque d'eau... Un vrai métier. Qui rentre doucement!


 
rosier-et-grenadier.jpg

Il y a des années déjà, nous avions planté côte à côte un grenadier et un rosier. Leurs robes pourraient jurer.
J'accepte comme un bonheur ce contraste un peu violent...

En arrière plan
se devine
les vagues d'un rosier
suspendu à l'échine
du portail désossé.



rosier-sauvage.jpg

A l'entrée de la maison, ma potée d'alysse, de lierre panaché et de patate douce à feuilles noires est comme allumée d'une fleur unique.
J'en attend bien d'autres de ses soeurs fugitives pour l'été
dans le même pot
mais tout de même, ce premier pétunia,
qu'il est doux au regard et bientôt...
au regret:


potee-ipomee-batat--alysse-et-petunia.jpg


Sur la rocaille au Nord, les hémérocalle Stella de oro se sont mises en trompette. Ce jaune d'or est époustouflant et en plus, ces fleurs qui sentent bon, qui sont comestibles, ont le parfait bon goût de fleurir à nouveau entre aout et octobre! Elles apporteront leur contrepoint aux staccato des oeillets de Chine en contrebas qui semblent ne pas savoir épuiser leurs couleurs:


au dela des hemerocalles


L'ombre de l'arbre semble couler vers le pré, emportant avec elle quelques nuances de la palette:

rocaille-en-descendant.jpg


Et le plus étonnant, cette rose trémière pourpre, comme peinte au pochoir sur le mur:

rose-tremiere-pourpre.jpg





1 commentaire:

flipperine a dit…

elles poussent dans tous les coins de ton jardin