lundi 7 octobre 2013

Un finiment






On dirait que la peur s’est abattue sur l’herbe
Elle a vieilli d’un coup


chene-de-neige.jpg

Aussi loin que l’on voit
On sent la terre pauvre à l’épreuve attachée
Un refus de mourir que les brins harnachés
Portent d’une ferveur toronnée par le froid

Cette eau blanche et durcie
que m’a porté la nuit
a-t-elle été témoin
d’événements infimes au  bombé des nuages ?

Le ciel est sans émois

Lumière intense
aveuglante
l'ombre ne viendra plus sous les pins parasol


Il reste encore des pommes en ce brouillard de lait
et ce rouge pimpant qui bat sous ma fenêtre

le trouvent-elles ?
Dans un finiment
qui m’échappe à jamais ?




1 commentaire:

Valentine a dit…

J'aime beaucoup les deux premiers vers... Raccourci saisissant.
Attention à overblog qui t'a piqué ton image !