lundi 7 avril 2014

Danse prostrée

 


DSCF3727.jpg


                                    Quand donc se tairait la couleur

                  brûlée de l'herbe et le vent
                            crispé sur l'eau qu'il retenait ?

                            Je n'avais plus la force
                                       de traverser mon front
                                              pour guetter un orage


                                                 Tant d'aubes et de peines

                        à l'ombre des saisons passées
                                 tant de voeux dans les mains
                    et ce vert qui manquaient

                                       Il me tarde l'automne
                         éclatant sous les chênes
                            le talent bleu dansant des asters sous les pommes

                                       Il me tarde une lueur
                       d'eau noire sous les lamiers

                       Leur blancheur est en cage et leur valse prostrée




DSCF3743.jpg



DSCF3749.jpg

2 commentaires:

Valentine a dit…

Encore un magnifique poème, si visuel, si évocateur...

Martine a dit…

Que te dire après cette magnifique lecture
Bien d'accord avec Valentine

Merci chère Viviane
;)