dimanche 5 octobre 2014

Asservissement ou?


Tout avait commencé avec Babel

si affamée de toucher le ciel

On sait ce qu'il advint.
Bientôt la Terre et l'eau
bêtes crispées

sous les assauts
de bois de fer

bientôt de prodigieux espaces arbres et nids chasséstant d'autruis enfermés
respirations

amours
idées


Il fallait maîtriser
asservir asservir asservir
emprisonner l' esprit, la pensée, même l' âme.

Légende noire à la vitalité de flamme !


Ou légende dorée ?

Tous ces objets qui libèrent des contraintes d'autrefois
semer, chasser, avoir froid, rester toute une vie durant au village
chacun était bien plus heureux lorsqu'il les possédait.
Laisser le labeur aux machines
oublier les joies fugitives et puissantes
que donnait la réalisation d'un vêtement ou d'un meuble
se plaindre un peu le soir de la  déshumanisation qu'induit le machinisme
puis se consacrer à s'asservir ... à l'objet!

Quelle victoire!

Alors?
Légende dorée? légende noire?
Je ne sais.
 
Ce monde voudrait marcher sans nuance.


Entre le noir et l'or
il y a tant et tant de couleurs... Et je ne sais trancher.



4 commentaires:

Helder Serpa a dit…

Babel, honneur de l'homme, veulerie de dieu

ce n'était que partie remise

faisons Babel

au moyen de poèmes

voire comme les vôtres

Martine Maillard a dit…

L'homme-machine est déjà mort... Laissons-le à son triste sort !

Miche a dit…

Asservissement ou ? Libération, chère Viviane, j'entends cela en tes mots toujours aussi beaux.

Martine a dit…

Bonjour Viviane,

Le Dieu-Machine semble remporter la victoire. Pauvres humains déboussolés, perdant le chemin vers la nature..

A bientôt Viviane
Amicalement
Martine